Maroc Nayef Aguerd of Morocco is congratulated for scoring the opening goal during the Qatar 2022 FIFA World Cup qualifier between Morocco and Sudan held at Prince Moulay Abdallah Stadium in Rabat, Morocco on 2 September 2021 © Sports Inc Photo by Icon Sport - (Maroc)

Maroc: Une équipe à forte potentialité, mais toujours fragile

Publié le : / Par
Au lendemain d’une CAN 2019 ratée, les Lions de l’Atlas ont changé d’entraîneur. Vahid Halilhodžić a remplacé Hervé Renard sur la barre d’une équipe Marocaine qui ne manque pas de potentialité mais qui manque de « personnalité ».
 
Une arrivée sur fond de renouveau
Vahid Halilhodžić a officiellement pris fonction à la tête des Lions de l’Atlas depuis le 15 août 2019. À l’époque, les marocains sont sortis d’une piètre participation de la Coupe d’Afrique des Nations 2019 un mois plus tôt. Ils se sont fait éliminer par l’équipe du Bénin en huitièmes de finale de la compétition (1-1 ; 1-4 ap. tab). Pour le Maroc qui se nourrit d’une ambition énorme pour son football, il faut se relancer très rapidement. Les réflexions ont mené à Vahid Halilhodžić. Les premiers objectifs fixés à ce dernier est de ramener le Maroc au-delà des quarts de finale de la Coupe d’Afrique des Nations, puis en phase finale de la Coupe du monde 2022.
Un début poussif, mais …
maroc poussif Maroc: Une équipe à forte potentialité, mais toujours fragile

Photo by Icon Sport – (Maroc)

L’ère Vahid Halilhodžić a mal démarré pour l’équipe du Maroc. Après quatres sorties, il n’a signé qu’une seule victoire, contre deux nuls et une défaite. Depuis lors, le Maroc n’a plus jamais perdu de match toutes compétitions confondues. Il a bouclé les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2021 avec un seul but encaissé, soit la meilleure défense de la compétition. En plus de 24 mois et en 17 matchs, Halilhodžić a enregistré 11 victoires, cinq nuls et une défaite. Si pour le moment, les Lions de l’Atlas tiennent également la rampe après une victoire en autant de match dans les éliminatoires de la Coupe du monde 2022, ils sont loin de convaincre avec le jeu qu’ils présentent. Les résultats sont au rendez-vous, mais la qualité laisse à désirer, vu la potentialité de l’effectif.
Une gestion qui attise les critiques
Vahid Halilhodžić et ses poulains ne présentent pas de bonnes copies, malgré la série d’invincibilité qu’ils entretiennent depuis 14 matchs. Cela dit, ils ne font pas l’unanimité. Le technicien bosniaque a fait des choix que n’arrivent pas à comprendre la plupart des supporters. Le dernier en date est la mise à l’écart de Hakim Ziyech. Malgré son statut de grande star du groupe, l’ailier marocain a été mis de côté par Vahid Halilhodžić, en raison de « son comportement inadéquat ». Le sélectionneur évolue avec des principes selon lesquels aucun joueur n’est au-dessus de la l’équipe nationale. Ce choix a fait jaser plus d’un sur la toile. Même Ziyech a manifesté son mécontentement sur les réseaux sociaux.
Resté sur sa décision, Vahid Halilhodžić a confirmé qu’il peut se passer de n’importe quel joueur qui ne marcherait pas selon ses critères. En dehors de Ziyech dont l’absence a été mal vue, le cas Noussair Mazraoui suscite aussi des interrogations. Bien que celui-ci ait repris les matchs en club, son retour en sélection ne serait pas pour aussitôt. D’une façon ou d’une autre, Vahid Halilhodžić a le contrôle sur ses poulains et pour le moment, cela lui marche bien, du moins au niveau des résultats.
Une équipe toujours aussi frêle
 
En dépit des individualités dont regorge cette équipe, elle reste toujours vulnérable et manque de caractère et de personnalité sur le terrain. L’exemple de la fébrilité des Lions de l’Atlas et leur manque de réaction en huitième de finale de la CAN contre le Bénin. Même s’ils ont pu égaliser, ils n’ont pas su profiter de leur supériorité numérique pour faire la différence.