MALI : MARCHE DE PROTESTATION CONTRE LE CONOR

MALI : MARCHE DE PROTESTATION CONTRE LE CONOR

Publié le : / Par

Selon eux, pas question d’appliquer la sentence du TAS rendu en novembre dernier. Il s’agit notamment des clubs comme l’USC Kita, Lafia club de Bamako, Black Star, US Bougouni etc. Ces clubs ne figurent pas sur la liste de 16 clubs de football qui doivent jouer au championnat malien de la saison 2018-2019, récemment dressée par le Comité de normalisation. D’où leurs colères et indignations. La marche fut aussitôt dispersée par les forces de l’ordre du Commissariat du 14è arrondissement qui a procédé à des arrestations et autres interpellations des dirigeants en tête.

« Nous sommes dans la rue pour contester la décision illégale du Comité de Normalisation de reléguer en 2ème division des clubs de première division juste pour faire plaisir à un groupe de personnes », charge le président de Lafia Club de Bamako, Dr Sékou Diogo Keita.

La marche est partie de la Place Can au siège de la Fémafoot. Sur place une  lettre de contestation a été remise au secrétariat général du Conor par les marcheurs.

« Nous avons reçu une lettre circulaire venant du Comité de Normalisation qui prévoit l’ouverture de la saison 2018-2019 et le déroulement du championnat national Ligue 1 avec seulement 16 clubs et non avec les 20 clubs légalement montés en première division. La Ligue de football du District de Bamako a donc constaté que le nom de certains de ces clubs montés légalement en première division depuis plusieurs années ne figure pas sur la liste des 16 clubs que le Conor a envoyée contrairement à d’autres clubs relégués en 2ème division depuis plus de 3 ans qui se trouvent sur ladite liste. À cet effet, nous au niveau de la ligue de Bamako ne comprenons pas cela et nous ne sommes pas d’accord avec cette décision injuste à l’égard de nos clubs. Nous ne cautionnons pas cette injustice et nous nous battons jusqu’à ce que le droit soit dit. La Ligue de Bamako demande aux membres du Conor de respecter la feuille de route assignée par la Fifa pour normaliser la situation actuelle du football malien au lieu de la rendre pire pour s’éterniser. Nous savons tous que la sentence du TAS ne demande que l’organisation d’une assemblée générale ordinaire avec le quorum et l’ordre du jour du 10 janvier 2015 et qu’elle n’a jamais demandé la relégation d’aucun club à plus forte raison d’organiser le championnat avec un certain nombre de club. Donc leur interprétation pour faire plaisir à un camp ne passera pas », a laissé entendre le 3è vice-président de la Ligue de foot de Bamako, Bissi Sangaré arrêté puis relâché en compagnie d’autres responsables de club.  

Notons qu’après cette marche, les supporters des clubs de divisions inférieures, du football féminin, des joueurs en activité et les parents des joueurs s’organisent pour une autre marche contre la même décision et le départ des membres du Conor.