Liga espagnole : Complot sur des matchs, un réseau démantelé par la police

Liga espagnole : Complot sur des matchs, un réseau démantelé par la police

Publié le : / Par

La police espagnole, dans le cadre d’une vaste opération sur des matchs truqués dans le sport en général et surtout le football, veut en finir avec la corruption. L’année dernière, une vingtaine de personnes avaient été arrêtées pour corruption. Elles utilisaient des joueurs de troisième et quatrième divisions pour créer des situations au cours du jeu, ce qui faussait les résultats des matchs. Cette année, le phénomène s’est encore invité en Espagne et la police n’a pas hésité à réagir. Au cours de son enquête dans les villes comme Madrid, Malaga, Huesca, La Corogne, Ibiza et Valladolid, la police a arrêté des anciens joueurs et ceux en activité. « L’arrestation de onze personnes est prévue » dont celle « de joueurs de football de première division à la retraite ou en activité, de joueurs en activité de deuxième division ainsi que du président et de cadres d’un club », a indiqué la police.

Dix personnes ont été arrêtées jusqu’ici, selon la police. Il leur est reproché des « paris sportifs dans le monde du football surtout sur le club de Huesca, 19e de la dernière Liga. Des établissements de paris sportifs et des domiciles ont été perquisitionnés par la police judiciaire d’Aragon,  au nord-est de Huesca. « L’enquête a permis de prouver que les personnes sous le coup de l’enquête avaient passé des accords avec des joueurs pour truquer au moins trois matches de première, deuxième et troisième divisions », a expliqué la police. 

Raul Bravo, ancien du Real Madrid en 2000, Borja Fernandez de Valladolid, Carlos Aranda, Samuel Saiz Alonso de Getafe, et Inigo Lopez Montana du Deportivo La Corogne seraient cités dans l’affaire sans oublier des dirigeants de Huesca.

Des compromis ont été également faits entre Huesca et le Gimnàstic de Tarragone grâce à de grosses sommes d’argent qui avaient attiré l’attention de la police.

Des matchs du Real Valladolid, promu en 2018 en première division et repris depuis septembre par le Brésilien Ronaldo, seraient manipulés à en croire l’enquête. Leur mode d’opération est de sélectionner des matchs en début et fin de saison pour fausser les résultats en payant des joueurs cadres des clubs susmentionnés.                 

« C’est très douloureux car cela affecte un club que j’aime », a déclaré au quotidien sportif Marca le président de LaLiga Javier Tebas, qui a été président de Huesca dans les années 1990. « Mais le plus important, ce qui prime, c’est d’en finir avec la corruption dans le football » a-t-il conclu. 

En janvier dernier, un réseau de trucage de matches a été arrêté au niveau du tennis. Des joueurs sur les circuits ITF avaient été soudoyés.

La corruption dans le sport devient récurrente en Espagne au point où les autorités doivent fédérer les énergies pour en venir à bout.