Licence CAF A : « Le cas  Zelfani n’est pas  isolé »

Licence CAF A : « Le cas Zelfani n’est pas isolé »

Publié le : / Par

Le cas posé par Aymen Zelfani le coach de la JSK pour l’obtention de la fameuse licence CAF A n’est pas isolé. En effet de nombreux coaches en Algérie, et à travers l’Afrique, n’ont pu obtenir cette licence CAF « A » en raison du gel en Août 2017 de cette dernière par la Confédération africaine de football (CAF) l’instance suprême du football continental.

Une décision qui a été dégelée au mois de septembre 2019 sans pour autant que ne soit décidé de date de reprise des stages de formation pour l’obtention de ce fameux sésame. D’ailleurs, la FAF, dans une correspondance adressé aux clubs et dans une note à l’intention des potentiels candidats à cette formation, avait motivé les raisons ayant conduit la CAF à geler la formation : « La Direction technique nationale (DTN) de la FAF porte à la connaissance des candidats aux stages de formation à la licence CAF, que l’instance du football africain a levé le gel concernant ce cursus de formation qui, comme chacun le sait, a été prononcé en août 2017 afin de revoir le règlement et le contenu de cette formation qui devra être orientée désormais vers la qualité et non pas la quantité. » lit-on dans le communiqué de la FAF, qui a tenu à préciser que par le biais du Secrétaire Général et du Directeur technique national a signé le 15 septembre 2019. Et de rappeler aussi que « cette nouvelle procédure, met fin au système des équivalences et privilégie le mode formation avec l’organisation, par la CAF, de plusieurs opérations pour encadrer à l’avenir les stages de formation en revoyant le règlement et le contenu de cette formation qui devra être orientée désormais vers la qualité et non pas la quantité ». Mais depuis, aucune décision n’avait été prise. Il a fallu attendre le début de ce mois de novembre pour voir enfin la CAF sortir de son mutisme dans lequel elle s’était murée. En effet dans un communiqué rendu public le Département de développement de la CAF a indiqué qu’il « s’était réuni, le mercredi 4 novembre 2020, en visioconférence, avec les Directeurs techniques nationaux (DTN) de l’Afrique du nord pour la relance des sessions de formation pour l’obtention de la Licence CAF –A- saison 2020-2021 ». Et ce en mentionnant les noms des participants à cette visioconférence à savoir «Anthony BAFFOE le secrétaire général de la CAF qui a dirigé les travaux en présence de Raul CHIPANDA Directeur département développement CAF, Belhassen MALOUCHE Directeur technique régional FIFA et membre de la commission technique CAF et Jaida ZAKARIA, assistante département développement CAF et des trois DTN de l’Afrique du Nord AMEUR Chafik pour l’Algérie, ZOUITA Sgheir pour la Tunisie et OSIAN Roberts pour le Maroc ». Un communiqué dans lequel, il est aussi indiqué que « les trois DTN Nord-africains ont répondu, au préalable, scrupuleusement aux huit (08) critères exigés par la CAF, (sans les énumérer ndlr) pour discuter sur les modalités de la reprise de la formation conditionnée par l’organisation d’un stage de formation de la licence CAF A. » Et de souligner aussi que « chaque association membre recevra des instructeurs CAF pour une inspection inopinée qui a pour objet de valider le dossier de formation de chaque fédération et signé par la suite la Convention Coaching, une fois finalisée ». Avant de conclure « la Confédération africaine de football (CAF) cible à travers cette formation à produire de la qualité et cherche l’objectivité, la crédibilité et de la reconnaissance par les autres confédérations ».

Il reste que dans le même texte, il n’est nullement précisé la date de la reprise de cette formation. Et en l’état actuel de la situation imposée au monde entier en général et à l’Afrique en particulier, par la crise sanitaire du Coronavirus, il est fort à parier que cette formation ne débutera pas de sitôt. Mieux, les coaches concernés devraient encore faire preuve de plus de patience pour voir enfin le bout du Tunnel.

Reste à savoir comment réagira la CAF pour libérer les entraîneurs africains. Faute de quoi, le contingent des techniciens étrangers au continent sera encore plus important à exercer lorsque l’on sait qu’ils sont nombreux à avoir la licence UEFA « A » ou UEFA « PRO ».

En attendant,en Algérie et à l’effet de ne pas bloquer les entraîneurs algériens à poursuivre leur métier, la DTN leur a accordé une dérogation avec la licence B CAF. Ceci n’est valable que pour les entraîneurs nationaux mais pas pour les étrangers.