Les enjeux de la CAN à 24 !

Les enjeux de la CAN à 24 !

Publié le : / Par

Du 21 juin au 19 juillet 2019, l’Égypte accueillera la 32è édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Pour la première fois depuis 1957, la grand-messe du football continental regroupera vingt-quatre équipes.

Philippe Bationo 

Si au départ le passage à vingt-quatre (24) équipes était prévu pour l’édition de 2021, le symposium tenu en juillet 2017 au Maroc décidait de l’augmentation du nombre d’équipes dès 2019 ainsi que le changement de la période de janvier-février à juin-juillet. Le président de la Confédération africaine de football (CAF) Ahmad Ahmad réalisait ainsi sa promesse de campagne. Ce changement brusque de règles suscite de nombreux questionnements. L’un des arguments les plus fréquent est celui de la qualité des équipes et surtout des confrontations.

Mais comme on l’aura remarqué lors de l’Euro 2016 disputé également pour la première fois à vingt-quatre (24) équipes, cette formule ne présente pas que des inconvénients. En effet, la CAN étant par excellence la fête du football africain, cette édition permettra à certaines Nations de découvrir pour la première fois de leur histoire la ferveur de cette compétition. C’est le cas pour la Mauritanie, Madagascar et le Burundi qui compteront dès le 21 juin prochain une première participation. Même si ces équipes ont montré de belles choses lors des éliminatoires, elles n’auraient peut-être pas pu se qualifier si le nombre d’équipes était maintenu à seize (16).

Par ailleurs, le parcours de ces Nations que d’aucuns appellent –sûrement- à tort « petites équipes » montre qu’elles ne se rendent pas aux pays des Pharaons dans la peau de victimes expiatoires pour servir les desseins des « grandes équipes », bien au contraire ! Ceux qui doutent encore de la valeur de ces Nations émergentes du football africain seront certainement surpris durant ce mois de compétition.

En effet, tout comme on l’a vu à l’Euro avec l’épopée islandaise (quart de finaliste pour sa première participation) ou le Pays de Galles (demi-finaliste), cette Coupe d’Afrique des nations nous réserve à coup sûr d’énormes surprises. Si les favoris à la victoire finale sont connus d’avance (Égypte, Sénégal, Maroc, Algérie ou encore Côte d’Ivoire), il ne serait pas étonnant de voir Madagascar, la Mauritanie, la RD Congo, le Bénin… dans le dernier carré. 

Le football n’est pas une science exacte. Par conséquent, la seule vérité qui vaille est celle du rectangle vert. Au regard donc du parcours de certaines équipes comme la Mauritanie (qualifiée au détriment du Burkina Faso) ou encore le Burundi (qualifié devant le Gabon), on peut d’ores et déjà affirmer que nous en sommes pas encore au bout de nos surprises.