Le CIO gèle ses relations avec la fédération internationale de boxe

Le CIO gèle ses relations avec la fédération internationale de boxe

Publié le : / Par

Le Comité international olympique a « gelé » ses relations avec la Fédération internationale de boxe (Aiba) et refusé d’accorder une accréditation à son président par intérim, l’Ouzbek Gafur Rakhimov, pour les Jeux olympiques de la Jeunesse qui débutent samedi à Buenos Aires, a indiqué le CIO.

« Le CIO a gelé toutes ses relations avec l’Aiba, sauf ses relations nécessaires au niveau opérationnel afin d’appliquer les décisions prises. Pour cette raison, Rakhimov ne sera pas accrédité pour les jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) », a indiqué le CIO dans un communiqué transmis à l’AFP.

La boxe est présente durant les JOJ qui s’ouvrent samedi à Buenos Aires.

La Fédération russe de boxe a vivement réagi à cette décision.

Le CIO « viole de manière flagrante la charte olympique », a estimé dans un communiqué Oumar Kremliov, secrétaire général de la Fédération russe de boxe. Il est « inacceptable de faire pression sur l’AIBA et ses membres », a-t-il ajouté.

La commission exécutive du CIO a annoncé mercredi qu’elle menaçait de retirer la reconnaissance olympique à l’Aiba et a de nouveau indiqué qu’elle pourrait supprimer la boxe du programme des jeux Olympiques de Tokyo-2020 « si les problèmes de gouvernance ne sont pas résolus ».

Sans citer le nom du controversé homme d’affaires ouzbek Gafur Rakhimov, unique candidat à la présidence de l’AIBA à la suite du rejet de la candidature de l’ancien boxeur kazakh Serik Konakbayev, le CIO a fait part de ses « préoccupations portant notamment sur les circonstances de l’établissement de la liste électorale ».

La commission électorale de l’AIBA a rejeté la candidature du seul autre rival de Gafur Rakhimov, Serik Konakbayev, vice-champion olympique à Moscou en 1980 pour l’URSS.

M. Rakhimov deviendra président de la Fédération internationale sans élection lors du Congrès à Moscou les 2 et 3 novembre. 

Le code électoral de l’AIBA prévoit en effet que « s’il n’y a qu’un candidat, il n’y a pas de vote et le candidat est déclaré vainqueur ».

Chose inhabituelle, la directrice en charge de l’éthique et de la conformité au CIO, la Française Pâquerette Girard Zappelli, a adressé le 31 août un courrier au controversé homme d’affaires ouzbek, lui intimant de ne pas se présenter à l’élection. « Seuls les candidats bénéficiant d’une situation totalement claire peuvent briguer un mandat de président », écrit-elle dans un document que l’AFP a pu consulter.