PSG

LDC-UEFA: Messi et Paris déjouent le piège de Leipzig (Analyse)

Publié le : / Par

Mardi soir, en match de la  3ème  journée de la  phase de poules  de la C1, le PSG affrontait le RB Leipzig ,avec une absence de poids dans son dispositif offensif: Neymar Junior blessé et qui ne pouvait être inscrit sur la feuille de match. Il ne faut pas oublier l’aspect piège de ce match, Leipzig jouant quasiment sa survie dans cette poule (2 défaites lors des deux premières journées)..

Nous avons eu une première période à deux phases. D’abord une première phase dominée par le PSG durant les 20 premières minutes. Une domination qui s’est traduite  surtout par la maîtrise des styles de jeu,  en jeu de possession comme en jeu de transition. Cette lecture s’est confirmée par ce premier but matinal de Kylian Mbappe à la 9eme minute.  Après cette  réalisation, les parisiens ont sombré dans une facilité et une légèreté, qui a ont certainement remis les hommes du coach américain Jesse Marsch en confiance. Ils ont mis  le PSG très en grande difficulté, montrant la frilosité de la défense parisienne. Leipzig a notamment mis en diffficulté le PSG grâce à son excellent jeu de couloir et surtout la qualité de centre de son arrière gauche Angelino qui est notamment passeur sur le but égalisateur d’Andre Sylva (1-1). C’est sur ce score de parité que les deux équipes rejoignent les vestiaires à la mi-temps.

Bataille mentale

A la deuxième période, les joueurs allemands imposent un sacré combat physique et d’intensité aux Parisiens, s’appuyant sur l’apport efficace de leurs pistons, à l’origine du  deuxième but.  Une réalisation signée Mukiele (piston droit ) sur une passe du piston gauche (Angelino) permet de prendre l’avantage au score et de réellement faire douter les joueurs de Pochettino à domicile.

Cette supériorité a tenu jusqu’à ce que deux faits majeurs viennent faire  basculer le jeu à l’avantage des parisiens. D’abord la sortie du milieu de terrain malien du RB Leipzig sur blessure, Haidara, qui  apportait un réel impact et menait un combat physique au niveau du milieu de terrain mais aussi l’erreur individuelle d’Adams ayant conduit à l’égalisation parisienne qui, sans forcer son talent, s’est remis dans le sens de la marche.  Cela a permis aux parisiens de maintenir le cap de la bataille mentale. Et parlant de bataille mentale, ce but a réellement eu un impact psychologique chez les allemands, notamment avec l’attitude de son entraîneur qui s’est senti abattu, après une réalisation gracieusement offerte à un adversaire dans une situation aussi sensible.

Ainsi, les Parisiens ont remis le pied sur l’accélérateur à travers leur style préférentiel (attaque rapide) et ont obtenu un penalty indiscutable, suite à une faute sur Mbappe dans la surface de réparation.  Un penalty transformé par Lionel Messi qui s’offre un premier doublé de sous le maillot parisien et permet aux franciliens de s’imposer (3-2).

La suite s’est simplement résumée à une gestion pour éviter de se faire rattraper au score. Ce qui a été bien accompli par les parisiens malgré le changement de système en fin de rencontre où ils sont passés du 4-3-3 à un 3-5-2 avec les entrée de Danilo et Wijnaldum… Le PSG aurait même pu creuser l’écart si Mbappe n’avait pas manqué un penalty obtenu par Hakimi en toute fin de match.

Les Parisiens s’imposent au parc et confortent leur position de leader du groupe A malgré une prestation bien hachée dans le contenu…