MCA vs Buffles FC LDC CAF : La reprogrammation de la rencontre MCA- Buffles FC est unique dans les annales

LDC CAF : La reprogrammation de la rencontre MCA- Buffles FC est unique dans les annales

Publié le : / Par

« A l’heure où je vous parle, nous n’avons aucune nouvelle des Béninois » avait déclaré le président du Conseil d’administration du MCA, Abdenacer Almas au correspondant de la Chaine 3 de la radio nationale à la mi-temps de la rencontre de mise à jour du championnat de ligue1 Mobilis  MCA-OMédéa (3-0)  mardi.  Ce responsable du MCA faisait allusion au club béninois des Buffles du Borgou qui devraient arrivés   vendredi   prochain à Alger via Casablanca (Maroc) pour disputer le tour préliminaire (retour) de la Ligue des champions face au MCA le lendemain  à 20h45 au stade du 05 juillet. Et ce après avoir brillé par leur  absence la première fois, le 04 décembre dernier  arguant l’absence de vols suite à la fermeture de l’espace aérien.

Il reste que la décision unique dans les annales  de la CAF  via sa commission d’organisation des compétitions interclubs après le forfait des Béninois   de reprogrammer le match avec obligation pour le club algérien de  « dénicher » un plan de vol sur mesure  à cette équipe béninoise  et par tous les moyens et toutes compagnies aériennes à l’exception  de Air France (Sic !) a fait couler beaucoup d’encre. Pis la CAF est allée même jusqu’à  brandir  la possibilité de sanctions contre le MCA en délocalisant la rencontre en Tunisie ou au Maroc en cas où ce dernier n’aurait pas répondu favorablement à la requête des béninois et à sa décision.  L’attitude de l’instance  africaine suscite moult interrogations quant aux arrières pensées de cette dernière. Tant comment obliger le club hôte à prendre en charge le plan de vol d’une équipe visiteuse alors qu’aucun texte ne le prévoit. Et de surcroit  lorsqu’elle sait que les officiels désignés (quatuor d’arbitres égyptiens et délégué  libyen) pour cette rencontre du 04 décembre étaient bien présents à Alger.  Une présence qui bat en brèche l’argument des béninois  quant à cette histoire de fermeture de l’espace aérien algérien.   D’ailleurs les Algériens se posent la question de savoir si  cette commission avait  exigé de la direction des Buffles de Borgou d’assurer le plan de vol du MCA pour le match aller (1-1)  disputé à Porto-Novo.  Aujourd’hui la CAF a commis un  grave impair avec une telle décision de faire reprogrammer le match avec menaces de sanctions.  Cette instance est responsable de l’organisation  de la compétition. C’est à elle qu’échoit la mission de régler tous ces problèmes et non aux clubs hôtes de le faire en cette conjoncture particulière dictée par la pandémie du Coronavirus.  Elle ne doit pas ainsi prêter le flanc à certaines équipes incapables de se prendre en charge.

Pour la petite histoire  au mois de mai de l’an 1993, une autre équipe béninoise, celle   des Dragons de l’Ouémé présidée par feu Hadj Moucharafou Gdabamassi pourtant membre influent de la CAF en sa qualité même de président de la Fédération béninoise du football avait rallié la ville algérienne de Tamanrasset par route avant de prendre l’avion pour rejoindre Alger puis Tizi-Ouzou  pour y rencontrer la JSK lors des 1/8ème de finale de la défunte coupe d’Afrique  des coupes. En effet les Dragons avaient effectué  plusieurs  jours de route dans des véhicules tout terrain et parcouru près de 3.000 Kms en traversant le Nigéria et le Niger pour être au rendez-vous. Avec le même périple pour le retour.  Et ce bien évidemment sans trouver à dire ou à redire. Certes le contexte n’étant plus le même. Mais lorsqu’il y a une volonté d’honorer  des engagements continentaux, on le fait sans rechigner.

Enfin quelle attitude adoptera cette commission de la CAF en cas d’un nouveau forfait des Béninois. Elle est bien avertie car le MCA a décidé de ne pas se laisser faire et ne manquera pas d’exiger réparation.

Toutefois dans cette affaire, c’est plus  le silence et l’attitude  des instances algériennes de football qui sont  à déplorer  pour n’avoir pas  soutenu   et  défendu le cas du MCA devant cette commission de la CAF  où siège pourtant le président  de la LFP Abdelkrim Médouar sensé défendre les intérêts des clubs algériens  notamment  ceux   du MCA dont le seul tort est de vouloir représenter  dignement les couleurs du football algérien. Cette histoire à dormir debout  de reprogrammer le match MCA- Buffles du Bénin atteste si besoin  est que les représentants algériens au sein de la CAF ne font que dans la figuration ce qui est loin d’être le cas pour les autres pays.  C’est en fait un débat qui est toujours resté ouvert.