L’AEK suggère d’organiser la finale de Coupe de Grèce… au Venezuela

L’AEK suggère d’organiser la finale de Coupe de Grèce… au Venezuela

Publié le : / Par

 

« Original 21, avec un sens profond de responsabilité, a la solution. Nous proposons que la finale soit une grande fête du foot grec tout en étant l’hymne pour la paix mondiale. Par conséquent, nous suggérons le stade de Cachamay, dans la ville de Puerto Ordaz, au Venezuela », écrit un communiqué du groupe jeudi.

La Fédération grecque, qui a proposé le stade olympique d’Athènes, refusé par le PAOK comme n’étant pas une enceinte neutre, cherche toujours une solution en liaison étroite avec la police et le gouvernement. Les autorités craignent une répétition des violences comme lors des deux dernières finales entre les deux équipes et remportées par le PAOK. 

Lundi, le gouvernement devrait annoncer que la finale se tiendrait à huis clos, une éventualité d’ores et déjà rejetée par les deux clubs et la Fédération.

Des responsables de la police ont eux aussi émis des doutes, en laissant entendre que les supporters des deux formations pourraient toujours s’affronter aux abords du stade.

En 2018, le gouvernement avait déployé 5000 policiers sans parvenir à éviter la violence. De même, des précautions avaient été prises sur les gradins avec des espaces vides entre les différents groupes de supporters. Ainsi, chaque équipe n’avait reçu que 17.196 billets, dans un stade d’une capacité de 69.618 places. 

En 2018, le championnat avait été suspendu mi-mars pour trois semaines à cause de l’irruption sur le terrain, une arme à la ceinture, du patron du PAOK Ivan Savvidis mécontent d’une décision d’arbitrage, à la fin d’un match contre l’AEK, énième incident sur un terrain de football grec.

« A neuf jours de la finale, l’Etat et la police n’ont pas encore trouvé une solution. Nous sommes confiants sur le fait que notre suggestion de la faire jouer au Venezuela sera plus facilement réalisable qu’un match à huis clos », a conclu Original 21.