La presse française parle d’une équipe d’Algérie made in France  :  Mauvais procès !

La presse française parle d’une équipe d’Algérie made in France : Mauvais procès !

Publié le : / Par

 

C’est le silence radio dans les médias français lorsque les joueurs africains évoluent chez les « bleus », mais quand un joueur africain opte pour son pays d’origine, on l’accepte mal en France. L’article du journal « Le Parisien », intitulé « une équipe d’Algérie made in France » en est la parfaite illustration. Son auteur oublie de dire que ces joueurs sont tous de parents algériens, qui se sont installés en France pour une raison ou une autre.

Une chose est certaine, les footballeurs sélectionnés en équipe d’Algérie ont tous un parent algérien, le père ou la mère. Ils ne s’agit pas de ressortissants français que l’Algérie a attiré pour des motivations peu claires.

Par ailleurs, l’auteur de l’article omet de dire que le onze-type aligné par Djamel est composé à près de 50% de joueurs issus du championnat algérien. Djameleddine Benlamri (ex-NA Hussein-Dey et ex-JS Kabylie), Youcef Atal (ex-Paradou AC), Youcef Belaili (ex-MC Oran et USM Alger), Ramy Bensebaini (ex-Paradou AC) et Baghdad Bounedjah (ex-USM El-Harrach), ont tous été formés en Algérie. A Ces joueurs titulaires viennent s’ajouter d’autres parmi les remplaçants, tels que le gardien de buts Azzedine Doukha (ex- MC Alger et USM El-Harrach), et le jeune Hichem Boudaoui (Paradou AC). Ceci dit, la France s’arroge tous les droits vis-à-vis des pays africains, dont elle exploite encore toutes les richesses. Mais, elle n’accepte pas que des Africains se mettent au service de son pays, quel que soit le domaine.

En sport, les dirigeants français usent de tous les moyens pour dissuader les sportifs africains, de haut niveau, de représenter leurs pays d’origine. Le cas du footballeur Nabil Fekir (O. Lyon), qui avait choisi dans un premier temps la sélection algérienne avant de se raviser sous la pression et opter pour les « Bleus » illustre de belle manière les pratiques peu catholiques auxquelles on recourt pour empêcher les joueurs, qu’on veut en équipe de France, de jouer pour leurs pays d’origine. On a même vu des frères, Florent et Paul Pogba, jouer l’un pour la Guinée et l’autre pour la France. Là aussi, le joueur désiré par la France a été convaincu de vêtir le maillot bleu. De grâce, que cessent ces procès de mauvaise intention, et qu’on laisse les sportifs africains choisir librement.