La CAF ferme-t-elle les yeux sur les scandales sexuels dans le football africain ?

Malgré les scandales sexuels à répétition qui secouent le football africain, la Confédération Africaine de Football  garde un silence qui cache mal une certaine « complicité » des responsables du football continental.  Serge Mombo, ancien président de la Ligue de football de l’Estuaire, Triphel Mabicka et Orphée Mickala ont été interdit de pratiquer toute activité liée […]

Avatar de Joseph Essama (Cameroun) Par 21/06/2022 - 00:23
La CAF ferme-t-elle les yeux sur les scandales sexuels dans le football africain ? CAF President Patrice Motsepe during the CAF General Assembly Press Conferecne held in Cairo, Egypt on 26 November 2021 ©Fareed Kotb/Sports Inc - Photo by Icon sport - --- - Patrice MOTSEPE - Le Caire (Egypte)

Malgré les scandales sexuels à répétition qui secouent le football africain, la Confédération Africaine de Football  garde un silence qui cache mal une certaine « complicité » des responsables du football continental.

 Serge Mombo, ancien président de la Ligue de football de l’Estuaire, Triphel Mabicka et Orphée Mickala ont été interdit de pratiquer toute activité liée au football durant 90 jours, selon un communiqué de la FIFA diffusé mardi 3 mai 2022.

Dans le cadre d’un vaste scandale de pédophilie dans le milieu du football gabonais révélé par le journaliste français Romain Molina, dans le quotidien britannique The Guardian , le président de la Fédération gabonaise de football (Fegafoot), Pierre-Alain Mounguengui, a lui aussi été été placé en détention préventive. Une procédure formelle a également été  ouverte contre Patrick Assoumou Eyi.

Malgré ce vaste scandale qui touche plusieurs officiels du sport gabonais, la Confédération Africaine de Football continue de garder son silence. En violation de ses propres statuts qui stipule que la CAF a pour but « d’empêcher toutes méthodes et pratiques de nature à mettre en danger l’intégrité des joueurs, du jeu ou des compétitions, ou à donner lieu à des abus dans le football ».

Au Contraire l’instance faitière du football africain a demandé au ministre des Sports gabonais  de s’expliquer sur les raisons de la détention de Pierre-Alain Mounguengui, président de la Fédération Gabonaise de Football et exiger sa libération. Le président de la Fegafoot avait été accusé d’avoir couvert les cas d’abus sexuel dans le football gabonais, avant d’être mis en détention. La  démarche de la CAF envers les autorités politiques gabonaises peut certes paraitre légitime, du fait que certains politiques utilisent leur pouvoir pour mettre en mal les responsables sportifs. Mais il est tout aussi curieux que l’instance faitière n’a engagé aucune action pour en savoir plus de ce scandale qui secoue le football gabonais.

Et ce n’est pas la première fois que la CAF est accusée de fermer les yeux dans des scandales sexuels qui touchent le football africain.

A l’issue d’une saison sportive 2020/2021 plusieurs joueuses de l’équipe féminine de l’Africa Sports en Côte d’Ivoire  avaient affirmé être victimes de chantages et propositions sexuelles de la part d’un membre du staff technique.

2021 des accusations de harcèlement sexuel, sont portées contre Abdulai Kaloga Baha, le sélectionneur de l’équipe nationale féminine de football de Sierra Leone. La fédération de Football du pays, disait avoir reçu plusieurs SMS et enregistrements de joueuses qui avaient permis de mettre à nu le comportement « fait de harcèlement et d’intimidations » du sélectionneur.

En 2020, trois femmes arbitres Zimbabwéenne avaient porté plainte pour «harcèlement sexuel» de la part du personnel technique de la Fédération zimbabwéenne de football (ZIFA).

Ces scandales sexuels s’étendent à plusieurs autres pays africains. Selon le journaliste d’investigations Romain Molina, ce vaste réseau de scandales sexuels s’étendent de : la République Démocratique du Congo,  le Burkina Faso, le Lesotho, le Benin, le Botswana, la Guinée etc…

Malgré tous ces abus, la Confédération Africaine de Football n’en a cure. Pour plusieurs observateurs, la CAF ferme les yeux sur tous ces scandales parce qu’elle veut préserver son image, tout en protégeant ses intérêts. « Parler de telles choses n’est pas bon pour le business de la CAF », lâche un observateur.

Jusqu’à quand donc la CAF continuera d’entretenir ces nids à prédateurs sexuels ? La CAF qui est sensée protéger les acteurs du football,  devrait plutôt entretenir une tolérance zéro à l’égard de tous ceux qui sont incriminés d’abus ou de harcèlement sexuel. En collaboration avec les autorités locales, la CAF devrait également mettre sur pied des moyens pour prévenir et sanctionner tous ceux qui sont reconnus pour abus sexuels.

© Africafootunited, 2022 L’utilisation et/ou la duplication non autorisée des contenus, images ou logo de la marque sans autorisation expresse et écrite d’Africa Foot United est strictement interdite. Tout utilisateur qui agit en fraude des présentes avis de droit d’auteur s’expose à des poursuites civiles et pénales par l’éditeur du site.
Avatar de Joseph Essama (Cameroun)
Passionné de journalisme, je travaille depuis près de 8 ans comme journaliste au Cameroun. J'ai servi en tant que journaliste politique dans plusieurs rédactions au Cameroun, avant de me reconvertir en économie puis au sport. Je suis membre de l'association des reporters sportifs du Cameroun (RSC). J'ai également collaboré avec plusieurs sites sportifs Camerounais.
Nos recommandations: