CIO nouvelles exigences

JO 2020: Le Comité International Olympique revoie ses exigences

Publié le : / Par

À trois semaines des jeux olympiques de Tokyo, le Comité International Olympique (CIO) a apporté une bonne nouvelle aux athlètes. L’instance olympique a autorisé les athlètes de faire des gestes de protestation sur le site des compétitions.

Le Comité International Olympique (CIO) est revenu sur sa décision d’interdiction des gestes de protestation sur le site des compétitions des jeux olympiques de Tokyo. Le CIO accorde la liberté aux athlètes de faire part de leurs opinions sur les sites réservés aux épreuves.

Les gestes du poing levé en soutien au mouvement « Black Power » et les gestes de soutien à l’endroit des sprinters américains Tommie Smith et John Carlos sont désormais autorisés par le Comité International Olympique (CIO).

Cependant, les gestes en soutien au mouvement « Black Power » et aux sprinteurs Tommie Smith et John Carlos doivent se faire dans certaines conditions. Les conditions d’autorisation des gestes sont bien définies par le CIO.

Ces gestes de soutien sont possibles  pour les athlètes  « après avoir quitté la « salle d’appel » (ou une zone similaire) ou lors de la présentation de l’athlète individuel ou de l’équipe », a indiqué le CIO. Les gestes sont également admis avant le début de la compétition et non lors du déroulement des épreuves.

Au cas où, les athlètes vont enfreindre les règles établies, ils vont être sanctionnés par le CIO. Ils sont appelés dans leur geste, à ne pas viser directement ou indirectement, des personnes, des pays ou des organisations.

« Aucune sorte de manifestation ou de propagande politique, religieuse ou raciale n’est autorisée sur les sites ou autres zones olympiques », précise le CIO.