Jean-Max Mayaka à la rescousse du FC Renaissance du Congo

Jean-Max Mayaka à la rescousse du FC Renaissance du Congo

Publié le : / Par
C’est une crise sans fin qui se dessine au FC Renaissance du Congo. 5 ans après sa création, le club basé à Kinshasa passe par des zones de turbulences et Jean-Max Mayaka, co-fondateur des Fibo vient à la rescousse.
 
Jean-Max Mayaka est souvent cité pour sauver le FC Renaissance de Kinshasa de la crise qui gangrène le club. Co-fondateur des Oranges en 2015 et ayant constaté la période difficile que vit le président de ce club, Pascal Mukuna, emprisonné pour une affaire de viol, l’ancien dirigeant du DCMP, a pris la mesure des tensions et veut redresser la barque. Sur sollicitations d’un groupe de supporters, Jean-Max Mayaka voudrait bien corriger ce qui ne pas va sans toutefois lorgner la présidence du club.
 
« Vue ma situation professionnelle, mon combat n’est pas celui de postuler à aucun poste pour diriger le FC Renaissance mais apporter ma pierre à l’édifice. Nous constatons que notre club est en train de sombrer. Étant un cofondateur, j’ai voulu mobiliser et voir à quel niveau intervenir », a-t-il laissé entendre à Adiac-Congo.
 
Le président de la Fédération Congolaise de Football Association (FECOFA), s’est aussi mêlé de cette crise et avait prodigué d’utiles conseils à Jean-Max Makaya, lors de l’audience qu’il lui a accordée, le 31 juillet dernier, au siège de l’instance faîtière.
 
« Nous sommes des Bantous. Lorsque vous prenez des initiatives pendant que l’autre est dans la situation malheureuse cela peut ne pas mettre tout le monde d’accord. C’est pour cela que je vous invite à rencontrer l’évêque Pascal Mukuna et de discuter avec lui. À ce moment-là, si la grande commission convoque les assises avec son accord, vous pouvez siéger valablement car l’évêque Mukuna est encore président de cette formation sportive », a conseillé Constant Omari Selemani, à en croire le journal local.
 
Il revient donc à Jean-Max Makaya, du moment où il a manifesté son envie d’aider le club à vite oublier ce long feuilleton, de rencontrer les dirigeants de l’équipe pour dialoguer dans la recherche de la cohésion.