Internationaux africains bloqués en clubs: Une première bataille perdue par Motsepe?

Internationaux africains bloqués en clubs: Une première bataille perdue par Motsepe?

Publié le : / Par

Les sélections africaines font face à une vague de forfaits à quelques jours des 5è et 6è journées des éliminatoires de la CAN 2021. La faute est aux clubs qui ont pris la décision de bloquer les joueurs en s’appuyant sur la Circulaire FIFA et les restrictions imposées par la France. Face à cette situation, la Confédération Africaine de Football affiche une impuissance qui interpelle.

Une décision qui favorise les clubs au détriment des sélections

En décidant d’autoriser les clubs à retenir les clubs, la FIFA a ouvert une boîte de Pandore qui embrase tout le football africain. La brèche ainsi créée, les clubs en profitent et l’exploitent parfaitement au grand désarroi des sélectionneurs des équipes africaines. Vahid Halilhodzic « La FIFA a touché un article qu’elle n’aurait jamais dû toucher, sur les relations entre les clubs et les sélections nationales. Si aujourd’hui on empêche les joueurs de venir pour ce stage, qu’en sera-t-il demain pour la CAN ? Ça ne va pas s’arrêter là. » , a pesté le sélectionneur du Maroc Vahid Halilhodzic.

C’est la même colère chez Claude Leroy du Togo. « Encore une fois, la FIFA est pathétique. Sans cette directive, nous n’en serions pas là. Elle privilégie les clubs, sans tenir compte des sélections. Certaines d’entre elles vont être privées de six, sept, huit ou plus de dix joueurs, alors qu’elles vont disputer des matchs décisifs ! Ce n’est pas sérieux. Où est l’équité sportive ? Gianni Infantino, le président de la FIFA, prend des décisions incompréhensibles. Il dit vouloir faire progresser le football africain, mais il fait tout le contraire » , s’est-il plaint.

Le silence coupable de la CAF qui interpelle

Depuis la sortie de la circulaire de la FIFA, la Confédération Africaine de Football savait déjà l’implication que cela revêt pour le football africain. Mais comme livrés au bon vouloir de l’instance dirigée par Gianni Infantino, les dirigeants du football africain n’ont pas bougé le moindre petit doigt. La FIFA venait ainsi de renforcer le pouvoir des clubs devant les sélections qui n’en deviennent que des acteurs de second rang.

Si très tôt la CONMEBOL a anticipé en reportant ses premiers matchs des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022, la CAF n’a pris aucune mesure. Tel un enfant de cœur devant le prêtre, l’institution basée au Caire a attendu d’être frappé en plein visage par les conséquences directes de la circulaire de la FIFA. Les dernières journées des éliminatoires de la CAN 2021 se retrouvent dans une incertitude totale. Cependant, rien ne semble ébranler la CAF de Patrice Motsepe.

A peine arrivé, le dirigeant Sud-africain de la CAF et ses collaborateurs se retrouvent face à une patate chaude qu’ils ont dû mal à maîtriser dans la paume de leurs mains. Des voix s’élèvent pour dénoncer une discrimination orchestrée contre les sélections africaines. Mais à la CAF de Patrice Motsepe, c’est un silence plat en apparence. De quoi faire croire que l’institution du football africain garde un silence consentant vis-à-vis de la situation, livrant les joueurs et les sélections à eux-mêmes.

Ce mutisme de la Confédération Africaine de Football vient raviver les polémiques autour d’une mise sous tutelle par la FIFA. Si une réaction est toujours attendue, tout porte à croire que Patrice Motsepe vient de perdre une première bataille face à la super puissance accordée aux clubs par la FIFA.