Hommage: Nordine Saadi un entraîneur passionné

Hommage: Nordine Saadi un entraîneur passionné

Publié le : / Par

Le football Algérien vient de perdre, Nordine Saadi,  un de ses plus émérites entraîneurs.

Un de ses coaches qui, avec Kermali, Fergani et Abdelwahab, avait offert à l’Algérie indépendante son premier titre continental en 1990 avant que Belmadi ne lui offre un second trophée en 2019 soit 29 ans après ce premier sacre. Nordine Sadi, qui a été arraché aux siens par ce fichu virus de la covid-19, le 20 juillet dernier jour où tout le pays célèbre la fête du sacrifice, est né le 06 mai 1950 au village d’ Ihitoussène dans la commune de Bouzeguène dans la wilaya (département) de Tizi-Ouzou.  Un village de forgeron dont les Sadi en compte beaucoup parmi lesquels le père de Nordine. Un père qui a exercé ses talents et son savoir-faire de forgeron à Sidi-Aissa (wilaya de M’sila)  où il a déposé son enclume et ses marteaux au début des années 60 pour nourrir sa famille dont l’aîné Nordine âgé à peine de 10 ans.

C’est donc enfant que Nordine a vécu à Sidi-Aïssa en fréquentant les établissements scolaires de la région avant qu’il ne décide une fois le BAC obtenu de se rendre à Alger pour y étudier sa passion qu’est le sport. En effet, Nordine Saadi était un passionné de sport et surtout de football. Jeune, il avait porté les couleurs de l’Olympic Musulman de Sidi Aissa actuellement IRBSidi- AIssa.

C’est au Centre national de l’éducation physique et sportive (CNEPS), que Nordine avait entamé ses études à Alger pour en sortir conseiller spécialisé en football. «  Le football est ma passion mais aussi mon métier. Je ne sais faire que çà. Je continuerai à défendre ce noble métier jusqu’à la fin de ses jours » nous avait-il déclaré un jour alors qu’il était en conflit avec le défunt président de la JSK dont les méthodes étaient au diapason de la conception du football et du métier d’entraîneur de Nordine Saadi.  Nordine avait justement une conception simple du sport et du métier d’entraîneur « le sport est aux sportifs et l’entraînement aux entraîneurs spécialisés de la discipline et non aux aventuriers ».

Nordine a toujours milité contre les aventuriers qui ont pris en otage le football avec leur argent. Il était un syndicaliste du sport profondément convaincu. Il ne mâchait pas ses mots pour dire ses vérités. Des vérités qui lui ont valu dans ce milieu abject des déboires. En effet pour ses vérités, il a été remercié par les dirigeants de l’USMA à l’époque alors que son équipe était leader au classement. Pour ses vérités, il avait rendu le tablier en refusant le diktat des dirigeants du MC Alger avec lequel il venait de réaliser une accession et un retour parmi l’élite après deux années de purgatoire. Enfin ses vérités, lui ont valu d’avoir maille avec les dirigeants de la JSK mais aussi de toutes les équipes qu’il a eues à diriger. Nordine a eu à driver les plus grands clubs algériens JSK, USMA, MCA, CRB, USMB, l’ESS,l’ASO, le MCEE et les deux clubs de Béjaïa le MOB et la JSMB mais aussi à l’étranger en Libye avec le Ahly de Tripoli, le CA Bizerte de Tunisie et El Ain des Emirats Arabes Unis en compagnie de  Mahieddine Khalef. Sa carrière d’entraîneur il l’avait terminé à la JSK en 2018. Une équipe de la JSK qui, comme tout Kabyle, adorait plus que toutes les autres équipes. En effet, tout en drivant les équipes sus-énumérées, Nordine était toujours à l’écoute de ce qui se passait dans la maison JSK et ne manquait pas à la fin de chaque journée de demander le résultat de son équipe de cœur.

Une carrière qui lui avait, aussi, permis de driver les sélections nationales des jeunes catégories. Une carrière auréolée d’un titre de champion d’Algérie en 2002 et une coupe d’Algérie en 2001 avec l’USM Alger  et une supercoupe d’Algérie en 1992 avec la JSK et une coupe d’Afrique des Nations en 1990.

Nordine Saadi est parti très tôt à l’âge de 71 ans, Il a emporté avec lui ses vertus d’homme droit et sincère qualités rares désormais dans le monde du sport et du football. Repose en Paix Nordine.