Gabon: Le cri d’alarme de l’Association des clubs professionnels envers l’État

Gabon: Le cri d’alarme de l’Association des clubs professionnels envers l’État

Publié le : / Par
À l’heure du bilan, suite à la fin de la saison sportive (2019-2020) prononcée par la Fédération Gabonaise de Football (Fégafoot), la Ligue Nationale de Football (Linafoot) et les dirigeants de clubs, l’Association des clubs de D1 et D2 dresse un bilan dramatique sur le plan financier et lance un appel vibrant à l’État gabonais pour sauver les meubles.
 
C’est un besoin pressant pour les clubs de pouvoir s’autonomiser. Les subventions de l’État accusent un retard criard et les clubs de D1 et D2 en souffrent énormément. Devant la presse locale, le week-end écoulé, l’Association des clubs de D1 et D2 est revenu sur les qualifications des deux clubs gabonais pour les coupes continentales, la dette, la subvention de l’État, la professionnalisation du championnat et les perspectives. Il est donc clair que la décision de voir Bouenguidi Sport de Koulamoutou en ligue des Champions et Mangasport de Moanda en coupe de la CAF est consensuelle et émane de  tous les acteurs majeurs.
 
En ce qui concerne la dette des clubs vis-à-vis de leurs employés, l’Association des clubs professionnels justifie cette défaillance par l’irrégularité et la rareté de la subvention de l’État aux clubs.
 
« Nous constatons malheureusement que depuis toujours, la subvention arrive toujours après plusieurs journées, quand parfois, elle ne vient même pas. Et dans la plupart des cas, nous avons toujours démarré le championnat avec nos moyens. Vous comprendrez aisément que ces dettes dues aux joueurs et staffs techniques viennent de cette irrégularité de payement de la subvention », a indiqué le président Nkeyi le Président de l’Association des clubs de D1 et D2 dont les propos ont été repris par le quotidien gabonais L’Union.
 
Ces déclarations ont été corroborées par son Conseiller, Bienvenu Obiang Essono.
 
« Des 6 milliards de FCFA que l’Etat nous doit pour les saisons 2016-2018, nous n’avons encaissé en tout et pour tout que 2 milliards de FCFA et ceci, en plusieurs versements. Et rassurez-vous qu’il nous est même arrivé de payer les salaires pendant plusieurs mois avec les fonds des clubs », a surpris plus d’un le président de l’Union Sportive de Bitam.
 
C’était également l’occasion pour les clubs de D1 et D2 de faire des propositions pour la reprise, dans les tous prochains jours, du National Foot mais avec des conditions bien définies.
 
« Toute reprise du prochain championnat est conditionnée au paiement intégral de la subvention, afin de permettre aux deux clubs africains de se préparer dans les meilleures conditions possibles », a précisé Landry Nkeyi devant la presse locale.
 
L’Association des clubs de D1 et D2 vient de faire la passe décisive à la Fédération Gabonaise de Football (Fégafoot) qui doit, à son tour, faire un lobbying auprès du ministère des sports pour soulager les clubs et les joueurs.