Jacques-Henri Eyraud

France – O. Marseille : Jacques-Henri Eyraud toujours dans l’administration du club

Publié le : / Par

Remplacé à la tête de la présidence de l’Olympique de Marseille par Pablo Longoria, Jacques-Henri Eyraud n’est totalement pas évincé du club. L’ex président du club phocéen retrouve une place au conseil de surveillance avec bien plus de pouvoir.

Très critiqué par les supporters de l’OM, le président Jacques-Henri Eyraud a été remplacé vendredi dernier par le responsable du recrutement Pablo Longoria. Mais à la grande surprise générale, l’on retrouve le désormais ex président Jacques-Henri Eyraud au sein du conseil de surveillance de l’OM, avec plus de pouvoir qu’on pourrait l’imaginer.

Dans les colonnes de l’Equipe, un dirigeant haut placé assure : « McCourt s’entend toujours très bien avec Eyraud. Mais pour apaiser la situation et faciliter également l’arrivée de Sampaoli, un changement était nécessaire ».

Selon un spécialiste contacté par La Provence, le remplacement de Eyraud n’est qu’un écran de fumée : « Il ne s’agit pas d’une éviction, mais d’une réorganisation. Frank McCourt choisit de permettre à Eyraud d’agir dans l’ombre mais il ne sort pas de l’OM. C’est la manifestation flagrante que l’Américain ne souhaite pas se débarrasser de lui, mais va au contraire lui permettre de surveiller l’exécution de leur stratégie commune. Cela montre une très grande complicité entre les deux hommes. Quand on veut se débarrasser de quelqu’un, on ne le nomme pas dans un conseil de surveillance, c’est antinomique. Cela montre que McCourt veut continuer à s’appuyer sur lui de manière plus discrète », assure-t-il.

Une déception donc pour les supporters de l’OM qui ont pensé s’être débarrassés définitivement de Jacques-Henri Eyraud puisque ce dernier a un pouvoir décisionnel et valide toutes les opérations entreprises par la directoire désormais présidé par Pablo Longoria. Autrement dit, le nouveau président Longoria ne pourra prendre aucune décision sans qu’elle ne soit validée par le Conseil de surveillance et donc indirectement par Jacques-Henri Eyraud.

Selon La Provence, McCourt a bien joué son coup qui peut toutefois se retourner contre lui, si les supporters s’en rendent compte : « Il n’a pas besoin d’être nommé président (du conseil). C’est en tout cas la preuve de l’habileté du propriétaire qui crée un nuage de fumée mais qui réitère sa confiance à Eyraud en le nommant dans ce conseil alors qu’il n’avait aucune obligation de le faire. Si les supporters s’en aperçoivent, cette habile manœuvre pourrait se retourner contre lui ».

Une situation qui pourrait constituer une bombe à retardement dans la gestion du club phocéen.