France – Ligue 1 : Bordeaux et Angers sauvés de la relégation administrative Said CHABANE president of Angers during the Ligue 1 match between Angers SCO and AS Saint-Etienne at Stade Raymond Kopa on March 13, 2021 in Angers, France. (Photo by Matthieu Mirville/Icon Sport) - Said CHABANE - Stade Raymond Kopa - Angers (France)

France – Ligue 1 : Bordeaux et Angers sauvés de la relégation administrative

Publié le : / Par
Provisoirement rétrogradés en Ligue 2 par la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG), les Girondins de Bordeaux et le SCO Angers vont finalement évoluer en Ligue 1 Uber Eats la saison prochaine.
Lundi, lors de la deuxième audition du gendarme financier du football français, la commission d’appel de la DNCG a
donc infirmé la décision de la commission de contrôle des clubs professionnels qui a relégué les deux clubs en Ligue 2.
Une mesure d’encadrement de la masse salariale ainsi qu’une interdiction de recrutement à titre onéreux au-delà des cessions de joueurs qui seront réalisées a été prononcé contre le FC Bordeaux. Gérard Lopez, le nouveau propriétaire hispano-luxembourgeois a pris la ferme engagement de ne pas acheter des joueurs que s’il en vend dans les mêmes proportions.
 
L’homme d’affaires n’a pas caché sa joie. « Le club est sauvé ! C’est une immense joie. Les décisions de la DNCG en matière de maîtrise de la masse salariale et d’achat et de revente des joueurs sont conformes au modèle de gestion saine du club que j’ai présenté aujourd’hui (lundi). Une nouvelle page de l’histoire du club s’ouvre maintenant et nous allons l’écrire tous ensemble. », a-t-il déclaré au sortir de l’audition.
 
Quant au SCO d’Angers, rétrogradé pour son budget prévisionnel affichant un trou béant de 19 millions d’euros, la direction conduite par Philippe Caillot, président délégué du SCO et du président Chabane a présenté les documents et à répondu aux questions des membres de la commission d’appel permettant de garantir l’apport des 19 millions d’euros.
 
Lors de l’audition, les dirigeants angevins ont produit les documents attestant le versement de l’indemnité de transfert du défenseur Rayan Aït-Nouri (estimée à 11,5 M€, plus un bonus de 50 % à la revente) par Wolverhampton. Le duo a aussi présenté un emprunt de 7 millions d’euros, qui devrait être remboursé par les futures ventes de joueurs (Angelo Fulgini en tête, que le SCO ne veut pas céder à moins de 15 M€).