Denis Lavagne

Finale de la coupe de la CAF : Denis Lavagne en conférence de presse « A nous de faire la différence »

Publié le : / Par

C’est un Lavagne  très  remonté contre  son organisation qui  est arrivé  en conférence de presse en milieu d’après-midi  au stade de l’amitié général Mathieu Kerekou de Cotonou.

En effet, il avait  tenu à  remettre en place, l’officier  médias  qui lui avait  reproché  son retard d’une  demi heure.

,, »soyez rigoureux dans votre organisation au lieu de blâmer  les gens. Il n’est pas  normal  de changer l’horaire  en moins de 24h avait il lancé  à  la face du chargé des médias. Revenant sur le match, et cette nouvelle  formule  de jouer en un seul match  la finale ,  Lavagne a été  très favorable   » j’estime que  c’est  une bonne chose que de faire jouer  une finale  en un seul match. C’est  plus attrayant et puis c’est  moins stressant  et point de calcul. Il fallait  aussi surtout s’adapter aux standards internationaux avec les autres confédérations ».

Revenant  sur le match lui même, il dira  » c’est  avant tout le match des joueurs. Ce sont eux qui vont livrer bataille ».

Tout en soulignant qu’ils ont été  bien préparés, Lavagne a indiqué  que tout le groupe est apte. S’agissant de boulahia, Lavagne a révélé que son joueur a repris avec le groupe   » et les soins reçus  ont été quelque part bénéfiques  pour  lui qui ne s’est  arrêté  que trois jours lui  permettant  ainsi de se reposer ». Quant au match, il dira que « c’est  un match indécis et qu’il se jouera sur  un  rien ».

Il estime  aussi que son adversaire « est une référence  continentale qui mérite le respect. » Quant  à  l’attente  des milliers  de fans à  travers  le monde qui attendent une consécration, Lavagne recadrera les choses  » je suis  heureux de voir cette  jeune  équipe  faire ce qu’elle a  fait jusque-là. Toutefois je pose la question  à  ceux qui n’avaient pas  cru en elle et parier un seul sou sur groupe. Un groupe  qui a bataillé  dur. Et le mérite revient tout d’abord à  lui ».

Lavagne  tout comme  son homologue du Raja regrette  de ne pas avoir eu l’occasion  de  prendre connaissance de la pelouse  » mais on doit faire avec ».

Et de conclure que la fête  soit totale.