FIFA: Les nouveaux amendements pour l’arbitrage des matchs de football

Publié le : / Par

La Fédération Internationale de Football Association (IFAB), qui est l’organisme chargé de définir les règles du jeu à la FIFA, a approuvé de nouvelles règles pour les matchs d’arbitrage, qui entreront en vigueur le 1er juillet.

Parmi les lois retenues pour la modification figurent celles qui concernent les cas liés aux penaltys lorsque l’on touche la balle avec une main, en particulier la distance entre le bras et l’épaule se situe désormais sous l’aisselle. Mais elles seront sanctionnées pour les attaquants que si une occasion évidente de marquer un but se crée pour lui ou pour son équipe.

Le comité a également promulgué de nouvelles lois relatives à la technologie des arbitres assistants (La VAR). Les arbitres de match devront prendre plus de temps pour revoir sur l’écran placé au bord du stade, en particulier des images controversées. En outre, les dirigeants de la salle de la « VAR » sont autorisés à informer l’arbitre principal sur les images. Mais la décision finale sera rendue au juge principal.

La nouvelle loi stipule également que l’arbitre aura le droit d’arrêter de jouer pour revenir à la « VARs » en cas de séquences qui le mériteraient, à condition que le ballon soit loin de toute menace pour le but des deux équipes, de siffler par la suite pour arrêter le jeu puis de signaler « TV ». Ce qui signifie passer à la technologie vidéo pour revoir les images.

Dans les nouvelles règles, les pénalités seront réduites pour les gardiens de but, de sorte que l’arbitre du match ne sera pas obligé d’annoncer une pénalité contre le gardien de but à moins que le tir soit dégagé et le mérite, tout en n’obtenant pas de carton jaune, sauf en cas d’interférence grave. Priorité au calcul de l’erreur en sa faveur en cas d’intervention conjointe entre lui et l’adversaire attaquant.

Si le gardien est sanctionné, il sera avisé une première fois de son infraction et sera sanctionné d’un carton jaune qu’en cas de récidive.

A noter enfin que pour le moment l’IFAB n’autorise pas l’écoute des conversations entre arbitres lorsque l’arbitrage vidéo est utilisé. Mais elle demande une amélioration des explications pour mieux comprendre la décision prise.