FIFA :  Gianni Infantino,le candidat « paradoxal »

Le président de la Fédération internationale de Football a annoncé  hier 31 mars 2022, durant le 72e Congrès de la FIFA, qu’il entend briguer un troisième mandat à la tête de l’instance internationale de Football. Une ambition qui doit être passée au crible.

Avatar de Joseph Essama (Cameroun) Par 01/04/2022 - 13:12
FIFA :  Gianni Infantino,le candidat « paradoxal »

Gianni Infantino aura du mal à esquiver les critiques. Hier 31 mars 2022 à Doha, le président de la Fédération Internationale de Football a annoncé sa candidature pour un troisième mandat à la tête de la Fifa qu’il préside depuis 2016. « Puisque vous êtes tous présents, unis en tant qu’associations membres, je veux vous dire tout d’abord que je serai candidat à ma réélection l’année prochaine, lors du 73 Congrès », a-t-il lâché en discours de clôture du 72e Congrès de la Fifa.

Sauf que l’annonce de sa candidature tombe au moment où le président de la Fédération internationale de Football essuie des critiques de toutes parts. Interrogé sur  son projet de réforme du calendrier du football mondial, avec notamment une Coupe du monde tous les deux ans, Gianni Infantino a tenté d’esquiver les critiques en temporisant son discours. « Nous avons étudié ce projet. Nous nous sommes rendus compte que c’est faisable et que ce serait même positif pour une grande partie du monde mais il y a aussi de fortes oppositions… C’est exactement à partir de là que les discussions doivent démarrer. Parce que nous pourrions aller au vote et obtenir une majorité. Mais nous sommes convaincus du fait qu’il est plus important d’échanger, de discuter et de tenter de convaincre tout le monde » a-t-il souligné.

Après cette sortie du numéro I de la Fifa plusieurs observateurs estiment  que Gianni Infantino a fait un virement à 180 degré pour ses ambitions électoralistes. Lui qui il y a encore quelques mois avait fait de ce projet, d’une coupe du monde biennale, son cheval de bataille, semble aujourd’hui plus conciliant ? « On comprends que le président de la Fifa a changé de discours pour solliciter les suffrage. Une fois réélu, il pourra ramener ce sujet sur la table », analyse un observateur.

Une confiance perdue

Qu’il maintienne ou qu’il adopte un autre discours, Infantino semble avoir déjà perdu son capital de sympathie auprès de plusieurs. Durant la 72e assemblée générale annuelle de Doha, le président de la Fifa a pris la  défense du  Qatar,  minimisant la mort dans les chantiers de la coupe du monde, des milliers de travailleurs venus du tiers monde. Une attitude qui a choqué la présidente de la Fédération norvégienne de football, Lise Klaveness. Elle n’a d’ailleurs pas caché ses émotions « en 2010, la Coupe du monde a été décernée [au Qatar notamment, Ndlr] par la FIFA de manière inacceptable avec des conséquences inacceptables » a-t-elle martelé. En plaidant que« les travailleurs migrants blessés ou les familles de ceux qui sont morts pendant la préparation de la Coupe du monde doivent être pris en compte ».

LIRE AUSSI:   Mondial 2022 / Algérie -Cameroun : La nouvelle date du verdict connue ? 

L’estime envers Gianni Infantino s’est davantage  effritée il y a quelques mois. Il  est aussi accusé d’entretenir des relations ambiguës avec le Royaume du Qatar. En janvier dernier, le journal suisse « Blick » l’accusait d’être allé s’installer à Doha depuis le mois d’octobre 2021. Il y aurait même scolarisé deux de ses filles, et loué une maison dans la capitale Doha. Même si ce déménagement prématuré fait grincer quelques dents au sein de l’instance qu’il dirige, Infantino continue de se la couler douce à Doha. Déjà son prédécesseur Sepp Blatter lui-même accusé de corruption, trouvait déjà la proximité de Gianni Infantiono d’avec le Qatar suspecte.

Soupçon de corruption

Aux yeux de plusieurs pays africains, Infantino apparait désormais comme le mouton noir. Depuis son arrivée à la tête de la Fifa en 2016, le président de la FIFA a très peu défendu les intérêts de l’Afrique. A plusieurs reprises, il a pris cause pour les puissants. Et l’Afrique l’oubliera difficilement.   Il y a quelques semaines encore, voulant privilégier les intérêts des clubs européens, le président de la Fifa a milité pour un report du calendrier de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui vient de s’achever au Cameroun.

En plus de cela, Gianni Infantino est cité dans les affaires de corruption. Le 30 juillet 2020, Une enquête à l’encontre du président de la Fifa Gianni Infantino a été ouverte dans le cadre de la tentaculaire affaire de corruption dite “Fifagate”. Le président de la FIFA est soupçonné de collusion avec un ponte du système judiciaire suisse en charge d’enquêter sur la corruption à la FIFA. Infantino est alors poursuivi pour abus d’autorité, violation du secret de fonction, entrave à l’action pénale.

Une affaire qui amène certains  à se questionner sur la crédibilité de celui qui entend briguer un troisième mandat à la tête de la Fifa

Avatar de Joseph Essama (Cameroun)
Passionné de journalisme, je travaille depuis près de 8 ans comme journaliste au Cameroun. J'ai servi en tant que journaliste politique dans plusieurs rédactions au Cameroun, avant de me reconvertir en économie puis au sport. Je suis membre de l'association des reporters sportifs du Cameroun (RSC). J'ai également collaboré avec plusieurs sites sportifs Camerounais.
Nos recommandations: