Fédération zimbabwéenne de football : l’ex-président Chiyangwa accusé d’être à l’origine de la crise de l’EN durant la CAN 2019

Fédération zimbabwéenne de football : l’ex-président Chiyangwa accusé d’être à l’origine de la crise de l’EN durant la CAN 2019

Publié le : / Par

 

Réunion d’urgence de Zifa

En effet, le comité d’urgence de la fédération a organisé jeudi dernier une réunion d’examen pour tenter de rappeler Chiyangwa de son poste de président de Cosafa à mesure que les conséquences entre les deux parties s’aggraveront.

Kamambo a accusé Chiyangwa d’avoir collaboré avec son ancien député Omega Sibanda, Chamu Chiwanza, membre du conseil d’administration, et le journaliste Hope Chizuzu pour déstabiliser la sélection des Warriors.

Le président de la Zifa a également annoncé la suspension de Chiwanza suite à diverses allégations relatives à sa nomination au poste qu’il occupe au sein de l’instance fédérale et à son rôle présumé dans la récente débâcle de la CAN 2019.

Mais, de son côté, le mis en cause, n’a pas tardé à réagir avec fureur à ces accusations en déclarant qu’il ne se contentait pas de rejeter toutes les allégations portées contre lui, « avec le mépris qu’ils méritent, mais je tiendrai également une conférence de presse pour répondre à toutes les accusations qui ont été portées contre moi ».

Kamambo a reconnu que son plus gros défi, lors de la phase finale de la CAN, consistait à répondre aux demandes des joueurs. Il a expliqué qu’alors qu’ils avaient des contrats avec les Warriors, les joueurs finissaient par se laisser tourner la tête par des personnes qui leur donnaient délibérément de fausses informations.

La crise, a précisé le patron de Zifa, a commencé quand un certain nombre de personnes, notamment Chizuzu, ont commencé à appeler les joueurs pour leur dire qu’ils étaient payés moins que ce qu’ils méritaient alors que la fédération dépensait une fortune pour envoyer des conseillers et des supporters en Égypte.

Selon Kamambo, les joueurs ont également appris que les personnes envoyées par avion en Égypte percevaient des indemnités énormes alors qu’en réalité, aucun d’entre eux ne mettait l’argent dans sa poche.

«En fait, je peux comprendre les joueurs qui en regroupement quelqu’un vous appelle et vous informe que les supporters qui viennent en Égypte sont payés 400 USD par jour, alors que vous avez été payé 1 500 USD pour participer à l’ensemble du tournoi,  » déclare Kamambo.

«Oui, 1 500 dollars US. C’est ce que nous avions convenu. L’autre montant devait être versé au fur et à mesure, mais à cause de « cette troisièmes force » entrant dans le regroupement des personnes comme Hope Chizuzu, l’ancien président Philip Chiyangwa, membre du conseil d’administration Chamu Chiwanza, qui ont comme un catalyseur pour semer la confusion dans le groupe.

 

Décisions du comité exécutif de Zifa

«Le comité exécutif a décidé de mettre en place un comité ad hoc pour examiner plusieurs problèmes qui ont caractérisé le séjour de l’équipe en Égypte.

«La fédération a des preuves d’infiltration du camp des Warriors par un groupe d’individus vengeurs désirant vaincre l’excellent travail accompli par l’exécutif actuel, indique le président de la Zifa ajoutant que « La Fifa, la Caf et Cosafa ont été avisés pour d’éventuelles mesures correctives, de sorte qu’ils soient exclus des instances de football. »

Le président de Zifa pense que son conseil d’administration a été attaqué par ses prédécesseurs qui veulent voir sa perte.

«Le comité d’urgance a également pris la décision de rappeler Phillip Chiyangwa de son poste de président de Cosafa.

De plus, «Le comité d’urgence a décidé de suspendre Chamunorwa Chiwanza, membre du comité exécutif.

“M. Chiwanza est accusé de fraude électorale, a menacé un membre du congrès de Zifa, déstabilisant le groupe des Warriors.

« La suspension de M. Chiwanza sera entérinée d’ici la prochaine réunion du conseil d’administration, conformément à l’article 40.3 de la constitution de Zifa », a déclaré Kamambo.

De son côté, Chiyangwa a déclaré que les accusations portées contre lui étaient malheureuses.

«Pour éviter tout doute, laissez-moi préciser que je n’ai aucun intérêt à être président de Zifa ni à aucun poste dans cette fédération et, par conséquent, je n’ai aucune raison de me battre contre qui que ce soit car je suis au-dessus de ce niveau maintenant,  » il a dit.

« Je vais répondre en conséquence à ces accusaitons, mais je dois dire que je suis très déçu de ce que prétend Zifa. »

Kamambo a déclaré alors qu’ils s’attendaient à ce que les Warriors aillent jusqu’au bout, ce qui explique pourquoi ils avaient réservé les billets de retour de l’équipe pour le 21 juillet, deux jours après la finale, ils ont également le sentiment que la campagne de l’équipe a eu des effets positifs.

L’entraîneur, Sunday Chidzambwa, et son staff technique ont été invités à se préparer pour la prochaine campagne du Chan, tandis que le comité technique de Zifa examinera la participation à la CAN 2019 ».

D’autre part, le président de Zifa a déclaré qu’il n’y avait rien de mal à emmener sa famille et les conseillers à la CAN.

Il a déclaré que son voyage avait été payé par la Caf, mais il avait choisi d’utiliser le vol charter avec sa famille pour des raisons de commodité.

Kamambo a également défendu leurs transactions financières et a déclaré que les allégations d’utilisation abusive de fonds étaient sans fondement.