Fédération zimbabwéenne de football : Chiwanza s’engage à lutter contre sa suspension

Fédération zimbabwéenne de football : Chiwanza s’engage à lutter contre sa suspension

Publié le : / Par

L’ancien vice-président de Zifa, Omega Sibanda, également accusé par la fééraiton a également déclaré qu’il connaissait les procédures à suivre pour se blanchir et qu’il n’attendrait que la conclusion du processus entamé par la Commission du sport.

Chiwanza, suspendue à la suite d’une réunion du comité d’urgence tenue mercredi dernier, doit se présenter à une audience pour répondre à diverses accusations. Parmi celles-ci figurent sa candidature contestée au poste de membre du conseil d’administration de Zifa, l’incitation à l’anarchie dans le camp des Warriors lors du récent séjour de la sélection nationale à la CAN en Egypte et un complot visant à déstabiliser le conseil actuel.

« Ce sont des allégations fabriquées de toutes pièces par des personnes qui tentent de ne pas assumer la responsabilité de leurs manquements », a déclaré Chiwanza.

« À l’heure actuelle, la commission des sports et des loisirs demande à Zifa d’expliquer comment sont gérées les affaires de la fédération et ce qui a conduit à la débâcle de la CAN 2019 en Égypte, mais elles tentent de détourner l’attention en évoquant cela.

« Évidemment, je vais donner une réponse appropriée le moment venu et quand je répondrai, je vais leur faire descendre le temple et ce sera biblique. 

« Je vous promets que je vais avoir ma journée quand je vais faire connaître au monde entier les manigances et les activités criminelles qui se déroulent à Zifa. »

Chiwanza est le deuxième membre du conseil à être suspendu après le vice-président Gift Banda, il y a à peine un mois.

« Ils cherchent à éliminer toutes les voix dissidentes et tous les ennemis perçus, car ils commettent beaucoup d’actes illégaux en rapport avec les problèmes d’argent. 

Ce qu’on reproche à Chiwanza

L’homme d’affaires de Harare a reçu sa lettre de suspension du directeur général de Zifa, Joseph Mamutse. 

« La suspension est fondée sur le fait que l’association estime que vous avez commis des actes de mauvaise conduite, actes qui constituent une violation grave des lois et règlements de Zifa », a écrit Mamutse.

« Les actes de mauvaise conduite allégués sont les suivants: 

« 1. Présenter de faux pouvoirs à la commission électorale de Zifa lors des élections de 2018 en induisant en erreur que vous disposiez des cinq années requises d’un club de football alors que ce n’était pas le cas, comme le prévoit l’article 32 (4) de la constitution de Zifa. 

“2. La divulgation délibérée et persistante d’informations hautement confidentielles  de la fédération et parfois purement exagérée ou purement et simplement, inexacte. 

“3. Travailler avec l’ancien président de Zifa, M. Chiyangwa et Vice Omega Sibanda, pour déstabiliser la nouvelle administration de Zifa. 

“4. Abus de pouvoir en influençant la décision du comité d’appel du comité des élections de Zifa concernant votre cas avec M. Stanley Chapeta. 

“5. Intimider un témoin clé dans votre affaire de fraude électorale en attente. 

“6. Travailler avec MM. Chiyangwa et Omega Sibanda à la recherche illégale d’avocats de Zifa pour qu’ils rejettent les dossiers électoraux de Zifa qu’ils traitaient. 

« 7. Communiquer directement ou indirectement avec les Warriors dans le lieu de résidence de l’EN en Égypte, en collusion avec MM. Chiyangwa et Omega Sibanda, dans le but de manipuler l’issue des matchs impliquant les Warriors 

“8. Alléguant prétendument avoir influencé un commissaire du CRS que vous prétendez être votre ami et vous vantant de lui avoir demandé de suspendre le conseil ou certains membres afin de faire connaître votre cas en instance devant le comité de déontologie de Zifa, en portant ainsi le discrédit sur le sport et le football.  »