Fédération algérienne de football (FAF) : Le président Zetchi voudrait Haddad au CE de la CAF

Fédération algérienne de football (FAF) : Le président Zetchi voudrait Haddad au CE de la CAF

Publié le : / Par

Selon certaines indiscrétions du côté de la fédération algérienne de football (FAF), le président de l’instance fédérale algérienne pense proposer  la candidature de son 1er vice-président, Rebouh Haddad, membre du Bureau fédéral au poste de membres du Comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF).

Les élections restreintes du comité exécutif de la CAF et en particulier pour la Zone Nord africaine sont prévues lors du prochain printemps.

En réalité, l’usage veut que c’est le président de l’Association nationale (soit la Fédération nationale), la FAF, pour ce qui nous concerne qui doit postuler à ce poste. Mais, certains proches du président de la FAF, celui-ci ne veut pas de ce poste et pense plutôt à ses obligations au sein de l’instance fédérale algérienne et ses affaires personnelles dont son commerce.

Mais, d’autres mauvaises langues pensent surtout à cette histoire de la démission du président de la FAF de la Commission du Championnat d’Afrique des locaux qui pourrait ne pas plaider pour lui lors des prochaines élections.

Ceci dit, certains spécialistes rappellent cette « première » dans l’histoire du football algérien appelé « scandale de la candidature d’Ould Zmirli » à ce même poste du Comité exécutif de la Confédération africaine de football.

En effet, le 10 décembre 2017, la Confédération africaine de football avait rejeté le dossier de candidature d’Ould Zmirli, président du NA Hussein-Dey et membre du bureau fédéral car son dossier est parvenu au siège de la Caf en retard. Et là mystère pour qui est « le principal auteur » de cette « erreur professionnelle grave ». Depuis et jusqu’à aujourd’hui personne ne sait qu’est-ce qui a fait que ce dossier soit parvenu en retard à la CAF. D’ailleurs le concerné n’a pas hésité à déclarer à ce moment là que « Je suis en colère, très en colère même. Moi qui m’apprêtais à représenter mon pays pour les élections au Bureau exécutif de la CAF on m’annonce que ma candidature a été envoyée hors délais. C’est quoi ce délire ? Franchement, je suis tombé des nues. Comment on peut faire une telle erreur quand il s’agit d’une fédération qui se dit professionnelle en 2017 ? ».

A ce moment là, sachant que le Maroc et la Tunisie ont déjà des représentants au sein du bureau exécutif (Fouzi Lekjaa et Tarek Bouchamaoui, il ne reste que l’Algérie et la Libye pour rafler cette place libre. Les Libyens, même en proie à une grand instabilité sur le plan politique, économique et sécuritaire, avaient une longueur d’avance sur les Algériens dans la mesure où ils ont bien misé sur leur candidat Djaafari Djamel, président de la fédération locale qui a d’ailleurs pignon sur rue à la CAF. En l’absence de l’exp-résident de la FAF, Mohamed Raouraoua la voie était alors bien libre pour le Libyen avec cette erreur professionnelle grave du dépôt de la candidature d’Ould Zmirli.

Aujourd’hui, Zetchi pense à la candidature de Haddad au lieu d’Ould Zmirli. D’aucuns savent également qu’Ould Zmirli ne s’entend plus avec le président de la CAF. Des médias algériens ont annoncé qu’il compte démissionner de son poste de président du NAHD, puis du bureau fédéral même, car voulant plutôt se consacrer à ses affaires personnelles. Et depuis toute l’année qui va s’achever dans trois jours, Ould Zmirli est toujours membre du bureau fédéral.

Et cet imbroglio explique donc pourquoi ce n’est pas Ould Zmirli qui serait proposé, mais Haddad, le frère d’un des plus puissants hommes d’affaires algériens.

Pour le moment, ce poste de membre du Comité exécutif de la CAF de la zone Afrique du Nord est occupé par le Libyen Djamel El Djaafari.

Affaire à suivre.