President Josep Maria Bartomeu

FC Barcelone : Une nuit carcérale pour Josep Bartomeu

Publié le : / Par

Arrêté dans la matinée du lundi 1er mars 2021, Josep Bartomeu va certainement passer une première nuit en prison. L’ancien président du FC Barcelone a été mis aux arrêts avec quelques autres dirigeants du club catalan, impliqués autant que lui dans une affaire de maquillage de compte.

Selon la presse espagnole, Josep Bartomeu va passer une première nuit en prison. L’ancien dirigeant blaugrana a été arrêté ce lundi, après que la police a perquisitionné les bureaux du Camp Nou. Face aux enquêteurs chargés de l’affaire dont on le soupçonne, Bartomeu maintient le silence et se réserve de répondre à quelque question. Il a été arrêté au même titre que Óscar Grau et Román Gómez Pontí, respectivement ancien directeur général du club et chef des services juridiques.

Pendant leur séjour carcéral, il est annoncé que d’autres arrestations pourraient intervenir dans les prochains jours.
Pour rappel, cette affaire qui inculpe les dirigeants catalans remonte à un an. En effet, Bartomeu est soupçonné d’avoir maquillé les comptes du Barça pour ne pas laisser apparaître certains mouvements d’argent. Ces sous lui auraient permis de rémunérer une agence de communication, dont il a demandé les services pour discréditer sur les réseaux sociaux certains membres actuels ou anciens du club.

De quoi s’agit-il concrètement ?

Notamment suite à l’élimination humiliante du FC Barcelone face à Liverpool en Ligue des champions 2018-2019 (3-0 ; 4-0), plusieurs comptes Twitter et Facebook ont vu le jour dans l’unique but de troller les joueurs et quelques personnalités politiques du club telles que Joan Laporta et Victor Font. Seulement, toutes ces démarches sont commanditées par la direction du club blaugrana alors dirigé par Bartomeu, pour jeter le discrédit sur ces personnes visées et aussi influencer l’opinion publique. Une attitude déplorable mais qui l’est encore plus quand on apprend que le motif d’arrêt de Bartomeu et compagnie serait le fait que les fonds déployés pour financer ces « manœuvres malsaines », d’une valeur estimée à 1.000.000 d’euros, proviennent directement des caisses du FC Barcelone.