Faut-il revoir les critères d’attribution du Ballon d’Or ?

La 65e édition du Ballon d’Or a rendu le lundi 29 novembre son verdict. Lionel Messi a été couronné pour la 7ème fois de sa carrière. Et comme à chaque édition, la remise de la plus prestigieuse distinction individuelle est accompagnée de son lot de controverses. Mais celui de cette année est particulièrement contesté. La […]

Avatar de Rania Jerbi (Tunisie) Par 05/12/2021 - 01:25
Faut-il revoir les critères d’attribution du Ballon d’Or ? Liverpool's Sadio Mane, Manchester City's Riyad Mahrez and Liverpool's Mohamed Salah after the final whistle during the Premier League match at Anfield, Liverpool. Picture date: Sunday February 7, 2021. By Icon Sport - Mohamed SALAH - Sadio MANE - Riyad MAHREZ - Anfield Road - Liverpool (Angleterre)
La 65e édition du Ballon d’Or a rendu le lundi 29 novembre son verdict. Lionel Messi a été couronné pour la 7ème fois de sa carrière. Et comme à chaque édition, la remise de la plus prestigieuse distinction individuelle est accompagnée de son lot de controverses. Mais celui de cette année est particulièrement contesté. La légitimité du lauréat fait débat et le classement final étonne également.
Comme souvent, la question de savoir si le Ballon d’Or récompensait exactement les performances individuelles, le palmarès avec le club/ la sélection, les statistiques, le statut du joueur se pose. Et quels sont réellement les critères pris en compte par les journalistes votants (170 jurés : un journaliste par pays) ?

Les critères de France Football

Selon France Football, le précieux trophée s’appuie sur une série de critères bien spécifiques : les performances individuelles et collectives (palmarès) sur l’année, la «classe» du joueur (talent et Fair Play) ainsi que sa carrière. Si les deux critères, le palmarès sur l’année et la Classe du joueur sont indiscutables pour l’attribution de la plus prestigieuse compétition individuelle, le critère « carrière » pose problème. Pourquoi ce critère qui a favorisé durant des années les joueurs les plus médiatiques comme Messi et Ronaldo. Des stars qui font « vendre ». Un Ballon d’Or, peut-il raisonnablement récompenser l’ensemble d’une carrière malgré un exercice moyen ? Inversement, un joueur, étincelant durant une saison, doit-il être privé de ce titre à cause d’une éclosion tardive ?
Mieux, ces trois règles d’attribution de cette récompense sont-elles vraiment respectées par les votants ? Si oui le classement final du BO aurait dû être différent.
Robert Lewandowski arnaqué ?
LEWAN Faut-il revoir les critères d'attribution du Ballon d'Or ?

 Robert Lewandowski                             Photo by Icon sport 

Le Polonais, aux incroyables records d’efficacité, avait en effet de beaux arguments à faire valoir. Et compte tenu des deux premiers critères, le joueur bavarois aurait dû être récompensé. De nombreux observateurs estiment que le Ballon d’or 2021 aurait dû revenir à « Lewa ». L’international polonais, a affolé les compteurs en 2021. Il a inscrit 61 buts. Personne n’a fait mieux. De plus, le serial-buteur a décroché un doublé avec le Bayern Munich sur la scène nationale. Seule la Ligue des Champions lui a échappé comme titre majeur en club. Alors Robert Lewandowski a-t-il vraiment été victime d’une injustice ?
Le Polonais aurait mérité de remporter ce trophée, mais Lionel Messi n’a non plus volé son septième Ballon d’or si on prend en compte le palmarès individuel et collectif du joueur plus sa carrière. Même si son intégration au Paris Saint Germain est loin d’être idyllique, l’Argentin a fait la différence grâce à son premier titre remporté en Copa America avec l’Albiceleste l’été dernier, mais aussi à une Copa d’El Rey avec le Barça, et à ses bonnes statistiques personnelles sous le maillot blaugrana (30 buts et pichichi de la Liga).

Mohamed Salah oublié

Le classement final du Ballon d’or n’a pas été également du goût de tous. Les amateurs du ballon rond sont en ébullition après avoir découvert le classement final de cette édition 2021. Et le plus étonnant, c’est le classement des joueurs africains, notamment Mohamed Salah qui aurait dû figurer dans le Top 5. Le Pharaon illumine les pelouses anglaises de tout son talent depuis plusieurs saisons. Au cours de cet exercice 2021-2022, il en est déjà à 19 buts toutes compétitions confondues, en 19 matchs, avec une moyenne d’un but par match. Il est l’actuel meilleur buteur et meilleur passeur de la Premier League. L’Egyptien a même dépassé Didier Drogba au classement des meilleurs buteurs africains de l’histoire du championnat anglais. Sa régularité impressionnante a fait de lui l’un des meilleurs joueurs du Monde. Avec ce parcours exceptionnel et ces statistiques incroyables, Salah est-il vraiment à sa place en terminant à la septième place et très loin du podium ? L’écart de points entre Salah (121 pts) et Jorginho, 3e, (460 pts) est hallucinant !

Riyad Mahrez snobé

Déception également pour Riyad Mahrez (20e). Auteur d’une saison aboutie sous le maillot de Manchester City avec à la clé un nouveau titre de champion, une finale de Ligue des Champions et une performance XXL notamment face au PSG en demi-finale de C1, le Fennec a été classé 20e ! Sur l’année 2021, le champion d’Afrique en titre a aussi disputé 9 matchs avec les Verts pour 8 buts inscrits et 3 passes décisives, aidant ainsi la sélection algérienne à poursuivre sa folle série d’invincibilité de 33 matchs.
Le capitaine de l’Algérie méritait certainement mieux qu’une décevante 20e place. Il aurait dû devancer un certain Simon Kjaer (18e), Neymar (16e) ou encore Erling Haaland (11e), des joueurs avec zéro titre en 2021 ! Injuste… Sans oublier bien évidemment l’absence du duo sénégalais, Edouard Mendy et Sadio Mané du top 30 ! Alors quels sont réellement les critères du vote ? Les trophées collectifs, sont-ils le critère majeur ou bien ce sont les performances individuelles ? Malheureusement, avec ce classement, on ne peut pas parler de critères, mais plutôt de « Business. »

Ballon d’Or ? Les diktats du marketing

En se référant à certains critères mentionnés par France Football, l’Afrique aurait pu remporter au moins quatre Ballons d’or, mais malheureusement au final c’est les strass et les paillettes qui gagnent. Comme toujours… En effet, le BO obéit plutôt à l’audience et à la notoriété de l’image et non au rendement sur le terrain. La question est donc économique et pas sportive. De ce fait logiquement les critères pour être sacré ballon d’or devraient être : avoir une image qui se vend, avoir des sponsors, évoluer dans un club qui a la culture du lobbying… Et le terrain vient après. Ce qui confirme la punchline de Totti : « Ballon d’Or ? Le prix n’est pas attribué au meilleur joueur… de l’année. Il est attribué à la « vache » qui leur donne plus d’argent ».
Bien qu’elle reste encore importante dans le monde du football, cette récompense est de plus en plus remise en question. Plusieurs observateurs pensent que le BO a perdu de son éclat ces dernières années et surtout de sa crédibilité. Alors pourquoi garder cette distinction individuelle controversée dans un sport où le collectif prime avant tout ?

 

© Africafootunited, 2022 L’utilisation et/ou la duplication non autorisée des contenus, images ou logo de la marque sans autorisation expresse et écrite d’Africa Foot United est strictement interdite. Tout utilisateur qui agit en fraude des présentes avis de droit d’auteur s’expose à des poursuites civiles et pénales par l’éditeur du site.
Avatar de Rania Jerbi (Tunisie)
Journaliste sportive depuis 10 ans, j’ai une seule passion qui circule dans mes veines : le sport. Polyvalente et mordue des sports, je sais couvrir l’actualité d’une grande variété de disciplines. Foot, Hand, Basket, Tennis…Toutes l’actualité du sport tunisien, africain et mondial est entre nos mains.
Nos recommandations: