Abdesalem Ouaddou

Exclu – Abdesalem Ouaddou « Le football béninois progresse »

Publié le : / Par

Au Bénin depuis quelques semaines dans le cadre sa nouvelle fonction, celle de Manager Modèle Anglais de ESAE FC (le club champion du Bénin 2020-2021), Abdeslam Ouaddou, dans une interview exclusive accordée à africafootunited.com, est revenu sur sa mission en terre béninoise.

Récemment Manager Modèle Anglais du représentant du Bénin en Ligue des Champions de la CAF (2021-2022), l’ancien Lion de l’Atlas nous a livré les dessous de ce choix qui a surpris plus d’un, au milieu d’autres opportunités qu’il a avait sur sa table.

Je dois dire que j’ai été séduit par le projet de développement

« Lorsque Jimmy Adjovi Boco m’a contacté et présenté le projet, je suis venu sur place (au Bénin) afin d’écouter le sérieux du projet et surtout la volonté des parties prenantes. Je dois dire que j’ai été séduit par le projet de développement, comprenant la structuration du club et la formation des jeunes. Et puis j’ai toujours voulu être utile sur mon continent. Le Bénin présentait ces garanties de nous laisser travailler afin de mener à bien ces objectifs sur le long terme en partenariat avec la fédération et le ministère. Je le (projet) vois plus comme un projet constructeur. », révéla-t-il.

Je suis attaché à des principes d’intégrité, d’honnêteté, de loyauté et de travail

« Mon modèle est Arsène Wenger. Un modèle anglais ou je suis sur le terrain et également dans le développement », nous a-t-il confié par la suite, avant de dévoiler clairement les raisons du choix porté sur ESAE FC. « Les valeurs, dira-t-il. Je suis attaché à des principes d’intégrité, d’honnêteté, de loyauté et de travail. J’ai senti des gens qui voulaient vraiment développer leur pays via l’écosystème du sport. Et enfin le potentiel de la jeunesse au Bénin. Très sincèrement, le Bénin n’a rien à envier à d’autres mais il faut leur donner la possibilité de s’exprimer via des infrastructures, des programmes de formation, une éducation via le sport et le football en particulier. Construire de bons footballeurs mais également de bons citoyens éduqués et capables de s’insérer dans la société. Car le footballeur a une image parfois mitigée ».

Mon rôle sera de construire une équipe compétitive

Un directeur technique, oui mais quel sera son rôle ? « Mon rôle sera de construire une équipe compétitive avec Mathias Deguenon (coach ESAE FC) car on veut garder notre titre, élaborer une politique de formation pour pouvoir sur le long terme compter un réservoir de jeunes Béninois et Béninoises pour alimenter les équipes nationales, et enfin mettre en place un département administratif organisé et efficace pour répondre aux exigences du football professionnel. En plus de tout ceci, il y aura la mise en place d’un département de communication et marketing et celui d’un département juridique. J’ai le rôle de Manager à l’anglaise. Je peux intervenir sur le terrain sur le plan tactique, athlétique en collaboration avec Mathias Deguenon comme dans d’autres départements. Je participe également à l’élaboration de séances d’entraînement. Avec Mathias Deguenon, nous sommes très liés, nous sommes en échange perpétuel et il a l’avantage de connaître les mentalités et les spécificités. Je suis vraiment content de son travail. Il fait partie des meilleurs coachs et je souhaiterais que l’on embraye avec lui sur la suite de sa formation de haut niveau. Que l’on lui finance ses diplômes CAF. Le Bénin a besoin de ces profils. »

Nous voulons vraiment faire grandir cette jeune équipe

Ceci dit, il nous a aussi dévoilé les ambitions à court terme de son nouveau club. « À court terme nous aimerions nous signaler sur la scène africaine. Ce qui n’est pas évident au vu de la jeunesse de notre effectif. Nous voulons vraiment faire grandir cette jeune équipe et lui donner de l’expérience afin de pouvoir rapidement rentrer dans les phases de poules. Je ne suis pas un vendeur de rêve. Je suis quelqu’un de pragmatique et réaliste. J’aime l’humilité, mais l’humilité ne veut pas dire manque d’ambition »

Pour l’ancien capitaine de la sélection marocaine, ESAE aura aussi son mot à dire sur le plan continental. « Nous sommes le petit poucet dans cette compétition continentale mais en football, le petit poucet peut manger les ogres si nous mettons les ingrédients motivationnels, athlétiques, de concentration et surtout de jeu, car le jeu doit être notre force tout en respectant l’équilibre de l’équipe. »

ESAE FC va se présenter avec un effectif relativement jeune en compétition. Ce qui n’empêche pas Ouaddou de viser haut. « Je veux que l’on joue sans complexe avec beaucoup de détermination. Quand on joue un match de football quel que soit l’adversaire, on joue pour gagner. On prendra donc match par match. », affirma-t-il.

Je connaissais les clubs emblématiques comme les Dragons FC de l’Ouémé, les Requins FC de l’Atlantique

L’ancien capitaine du Maroc n’est pas venu en terre étrangère si tant que ça. Malgré ce nouveau poste dans un pays qu’il apprendra à découvrir, il a sa petite idée du football béninois. « Je connaissais les clubs emblématiques comme les Dragons FC de l’Ouémé, les Requins FC de l’Atlantique.  Le football béninois progresse, la preuve, en 2019, le Bénin élimine le Maroc à la CAN, alors qu’en 2004, l’année de la première participation du Bénin à une CAN, le même Maroc battait les Ecureuils 4-0. Un match dans lequel je marque le 3ème but. Cela prouve qu’il y a une avancée notable, même si cette non qualification à la prochaine CAN marque un temps d’arrêt avec quand même des circonstances atténuantes au vu de la cacophonie que l’on a vue. Je ne suis pas inquiet pour l’avenir du football béninois ».

En ce qui concerne Jimmy Adjovi-Bocco, celui par qui il a pris connaissance du projet de ESAE, il n’a pas tari d’éloges envers lui. Il admire l’homme pour ses vertus. « Jimmy c’est un grand frère. Au-delà du sportif que j’admirais quand j’étais jeune lorsqu’il évoluait au RC Lens. C’est surtout ces valeurs humaines que je partage complètement et avec lesquelles je suis en adéquation, qui m’ont fait accepter aussi ce projet. Il est vrai, disponible, toujours à la recherche de solutions, le problème il te le transforme en solution. C’est un sage et un mec exceptionnel et très sincèrement j’en compte 5 dans ma vie que j’appelle dans mon jargon des soldats et il en fait partie. Ce genre de personne, il n’y en a pas cinquante mille », dira-t-il pour conclure l’entretien.

ESEA FC, pour son entrée en compétition africaine, joue le champion de la Mauritanie, Nouadhibou FC.