Bleus-Jaunes suédois

Euro 2020 : Les Bleus-Jaunes suédois pour rompre une série affreuse 

Publié le : / Par

Dans quelques jours, l’Euro 2020 va démarrer pour la succession du Portugal dans le palmarès de la compétition. Pour cette bataille, plusieurs équipes sont sur le départ, mais peu ont vraiment l’étoffe d’aller toucher le sommet. Dans le rang des outsiders, on retrouve la sélection suédoise. Malgré sa présence régulière depuis 2008, elle est sur une série affreuse.

La Suède n’est pas la grande Nation de football sur laquelle on peut miser un copec pour soulever le trophée de l’Euro cette année. Néanmoins, Les Bleus-Jaunes ont un objectif particulier à atteindre. Alors qu’ils sont toujours présents à la compétition depuis 2000, ils n’ont réussi à passer le premier tour qu’une seule fois. Lors des trois dernières éditions de l’Euro, la Suède n’a pas pu se qualifier pour la phase à élimination directe. Une très mauvaise série qu’il va falloir enrayer très bientôt. Sa plus grande progression remonte à 1992 où elle atteint les demi-finales pour sa toute première participation. Depuis lors, la Suède a participé à cinq autres éditions de l’Euro (2000, 2004, 2008, 2012, 2016).

Un mélange de générations acquises pour la même cause

La saignée a assez duré pour les suédois qui, même privés de Zlatan Ibrahimovic, ont de quoi se frayer un chemin vers les huitièmes de finale de la compétition. Ils l’ont très clairement démontré durant les éliminatoires au terme desquelles ils ont terminé en deuxième position derrière l’Espagne. Cette dernière a été la seule qui a réussi à battre l’équipe suédoise.

Passée cette étape, les Bleus et Jaunes comptent continuer l’oeuvre entamée. Ainsi, ils doivent s’appuyer sur les atouts disponibles au tournoi. Jusque-là, les meilleures armes offensives de cette équipe se placent dans sa jeunesse, à l’image de Alexander Isak (Real Sociedad) et Dejan Kulusevski (Juventus). Mais il faut remarquer que les buts viennent de partout dans cette équipe et que ces deux jeunes attaquants ne sont pas toujours les privilégiés en attaque. Par contre, l’arrière-garde est confiée à l’expérience. Tous bien ancrés dans la trentaine, Bengtsson, Danielson et Lustig font de leur mieux pour garder la baraque. Mais avec neuf buts encaissés en 10 matchs des éliminatoires, il y a forcément de quoi s’en faire.

Avec une défense fragilisée et une attaque sans grande expérience, même si on n’occulte pas la présence d’aînés tels que Quaison et surtout Berg, on est tenté de dire que la Suède pourrait retomber dans ses travers. Mais devant l’Espagne, la Pologne et la Slovaquie, il y a sans doute des points à prendre.