Roberto Rosetti

Euro 2020 : « L’arbitrage a été un vrai succès » selon l’UEFA

Publié le : / Par

Le directeur exécutif de l’UEFA pour l’arbitrage, Roberto Rosetti, a déclaré ce mercredi que la performance des arbitres à l’Euro 2020 était un vrai succès. L’italien révèle une marge d’amélioration dans les situations de doute.

L’Euro 2020 qui vient de s’achever, avec la victoire de l’Italie, a enregistré moins de fautes que l’Euro 2016. La moyenne est passée de 25,3 à 21,8 par match. Le temps de jeu utile est aussi passé de 65 minutes 30 secondes à 70 minutes 36 secondes, y compris les extras time en 8 matchs. Il y a eu également moins de cartons jaunes, soit de 129 en 2016 à 98 cartons jaunes en 2021.

Pour Roberto Rosetti, ces données montrent que, par rapport aux Championnats d’Europe précédents, les joueurs et les entraîneurs respectent davantage les arbitres. Ils les aident également à prendre des décisions « plus fiables et précises » en termes techniques et disciplinaires. Ce qui a contribué au succès des différentes équipes chargées de diriger les matchs.

« L’arbitrage a été un vrai succès à l’Euro 2020. Nous avons vu d’excellentes performances sur le terrain des arbitres et des arbitres assistants. Nous avons également constaté un soutien correct de la part des arbitres vidéo basés à Nyon. Nous avons eu 51 matchs sans critique ou avec peu de place pour la critique. Ils ont rassemblé des consensus et des éloges comme nous n’en avons jamais vu auparavant. », a-t-il souligné.

Contrairement aux jaunes, le nombre de cartons rouges a doublé par rapport à 2016, passant de 3 à 6, et le nombre total de pénaltys est passé de 12 à 17. Des changements dus à l’utilisation de l’assistance à l’arbitrage vidéo (VAR), a expliqué le directeur exécutif de l’UEFA. Interrogé en revanche sur le pénalty accordé à l’Angleterre contre le Danemark en demi-finale après la faute de Maehle sur Sterling, le responsable a précisé que la décision initiale était maintenue.

Roberto Rosetti a expliqué qu’il y a un contact entre la jambe droite du défenseur danois et la jambe droite de l’ailier anglais, même s’il a reconnu qu’il est possible de discuter de l’intensité du contact et d’améliorer les décisions dans certains cas. « Il y a toujours moyen de s’améliorer. Nous savons que le football n’est pas parfait. À l’exception des 18 corrections, qui étaient parfaites, nous pourrons discuter de quelques situations où les interventions du VAR n’étaient pas parfaites. », a-t-il déclaré.