Leonardo Bonucci

Euro 2020 – Italie : Leonardo Bonucci a savouré l’atmosphère hostile de Wembley en finale

Publié le : / Par

Leonardo Bonucci admet pleinement qu’il « savourait » l’atmosphère hostile au stade de Wembley ce dimanche. C’était à l’occasion de la finale de l’Euro 2020 où l’Italie a battu l’Angleterre aux tirs au but pour remporter son deuxième trophée du tournoi.

Le défenseur de la Juventus a marqué à la 67e minute le but égalisateur après que Luke Shaw ait donné à l’Angleterre une avance précoce aux Three Lions dans les deux premières minutes à Wembley. Bonucci a ensuite gardé son sang-froid pour marquer lors de la séance de tirs au but, contribuant à ce que les Azzurri remportent l’Euro 2020 pour la première fois depuis 1968.

« C’est un rêve devenu réalité et le mérite en revient à l’entraîneur, à toute l’équipe. Quand nous nous sommes réunis en Sardaigne, il y avait quelque chose de différent par rapport au passé. Nous avons lentement gagné en confiance, en certitude, en unité. C’est la cerise sur le gâteau qui fait de nous des légendes. », a déclaré Bonucci à RAI Sport.

Il y avait une atmosphère hostile avec seulement environ 7 000 fans italiens présents, la plupart d’entre eux étant déjà basés en Grande-Bretagne en raison des restrictions de voyage, mais cela n’a fait qu’exciter Leo Bonucci. « C’est un sentiment unique et nous le savourons. Voir 58 000 personnes partir avant la remise du trophée est quelque chose à savourer, maintenant la Coupe arrive à Rome. Ils pensaient qu’il restait à Londres, désolé pour eux, mais l’Italie a une fois de plus donné une leçon. »

Bonucci était pris en train de crier devant la caméra : « Plus de pâtes ! Nous devons manger plus de pâtes ! » L’homme du match de la finale a fait référence à ces insultes dans ses célébrations d’après-match. « Nous avons dit pendant l’échauffement, ce qui se passait dans les gradins n’était que du bruit de fond. Nous avions 34 matchs d’invincibilité, tout ce que nous avions à faire était exactement ce que nous avions fait jusqu’à présent pour arriver ici, pas un peu plus, pas un peu moins. »