ESPERANCE S. TUNIS  : YOUCEF BELAÏLI, LA RÉSURRECTION

ESPERANCE S. TUNIS : YOUCEF BELAÏLI, LA RÉSURRECTION

Publié le : / Par

Alors qu’il semblait sur une bonne pente, Youcef Belaïli a décidé de faire marche arrière. De la Ligue 1 Française, il drible tout le monde pour déposer ses valises chez les Sang et Or en janvier dernier. Et depuis tout marche au super pour l’attaquant Algérien.

Après une période sombre de sa carrière où il avait été contrôlé positif pour dopage en 2015 lors d’un match de poule de Ligue africaine des champions entre le MC El-Eulma-USM Alger (0-1), Belaïli avait écopé de 4 ans de suspension qui par la suite avait été revue à la baisse à 2 ans. Quelques semaines après avoir purgé sa suspension le 20 septembre 2017, le meneur de jeu Algérien entamait sa rédemption en France sous les couleurs de l’Angers Sporting Club de l’Ouest.

Les choses ne se passaient pas comme il aurait souhaité avec le club Français. Les deux parties décident de trouver un accord pour la résiliation du contrat. Chose due. Sûr de son affaire, le garçon d’El Hamri décide de faire un come-back. Pas en Algérie mais en Tunisie, avec l’Esperance de Tunis où il avait brillé de 2012 à 2014.

Après un début poussif, l’international Algérien s’éclate chez les Sang et Or. Les supporters Esperantis lui vouent un amour hors norme. Lui, le leur rend sur la pelouse. Depuis son arrivée, l’ancien joueur de CA Bordj Bou Arrerridj enchaîne les performances. Comme c’est le cas en Ligue des champions de la Caf. Maillon essentiel du dispositif de l’Esperance, il contribue au succès des siens sur la scène continentale cette saison. Buteur contre le Township Rollers (4-1) en phase de poule de la LDC 2018, Belaïli s’est illustré en demie contre le Primeiro (4-2) et lors de la finale aller contre le Al Ahly (1-3).

Son seul but contre l’ogre Égyptien pourrait bien peser dans la balance à Radès le 9 novembre prochain lors de la finale retour. Pour lui, le sacre dans une semaine viendra déjà couronner sa jeune carrière à trajectoire spectaculaire.