Espagne : Eto’o rattrapé par son passé

Samuel Eto’o est rattrapé par son passé. Le tout nouveau président de la Fédération Camerounaise de Football s’est vu attribuer la paternité d’une jeune femme de 22 ans, issue d’une relation qui date de 1997-1998, lorsqu’il était en Espagne.

Avatar de Trinité Singbo Par 17/02/2022 - 23:01
Espagne : Eto’o rattrapé par son passé

Samuel est aux yeux de la justice espagnole, le papa de la jeune femme de 22 ans du nom de Erika Do Rosario Nieves. Le tribunal de première instance de Madrid a tranché en faveur de la jeune femme à l’issue du procès au cours duquel l’ancien Blaugrana n’a pas assisté. Les faits remontent en 1997, selon les propos de la jeune femme rapportés par Sofoot. Selon les dires de Erika, sa mère et son « papa » se sont rencontrés dans une discothèque de Madrid en 1997 par l’intermédiaire d’un ami commun à eux. La grossesse serait intervenue en 1998. Mais pendant la grossesse, Eto’o aurait coupé toute communication avec Adileusa, la mère de la plaignante. Elle « a essayé de communiquer avec le futur père, mais il n’a pas répondu à ses appels téléphoniques ni à ses e-mails », a laissé entendre l’avocat de la jeune fille.

Au regard des preuves apportées par Erika, le tribunal de première instance de Madrid a reconnu Samuel Eto’o étant le papa de la jeune fille. Une condamnation prononcée en l’absence de l’accusé, faut-il le rappeler.

Eto’o est condamné aussi à verser une pension mensuelle de 1400 euros à Erika avec effet rétroactif à compter du jour du dépôt de la plainte, précise la même source.

LIRE AUSSI:   Portugal : Cristiano Ronaldo annonce le décès de son fils nouveau-né
Avatar de Trinité Singbo
Trinité Singbo est un rédacteur web béninois qui travaille depuis 2019 pour africafootunited.com. Scénariste et réalisateur de formation, il a suivi également des formations en journalisme. Il est passionné du sport en général. Son club de cœur au Bénin est Dragons FC de l'Ouémé.
Nos recommandations: