Noël Le Graët

Élection FFF : Noël Le Graët répond à ses détracteurs

Publié le : / Par

En lice pour un troisième mandat à la tête de l’instance faîtière du football français, le président sortant de la FFF Noël Le Graët a fait objet de certaines attaques de la part de ses adversaires. En toute confiance, il a répondu à ses détracteurs ce lundi.

Très serein dans sa démarche, le patron de la FFF est revenu sur les attaques de ses adversaires, les critiques concernant son manque d’implication dans le football amateur, sur les accusations de sexisme et aussi sur la question liée à l’équipe nationale de France.

« C’est clair : je n’ai répondu à rien, à aucune attaque. C’est peut-être un peu l’expérience… Ça ne sert à rien de critiquer son adversaire ou d’apporter des choses négatives. Je n’ai d’ailleurs pas lu ce qui se disait ailleurs. Avec toute mon équipe, on a fait le tour de France. On n’a pas raté une Ligue (régionale, ndlr) : il y avait à chaque fois 50 ou 60 personnes en face de nous avec des vraies questions, des vraies réponses. C’est un travail important et respectueux. »

« Les trois quarts de notre budget vont au foot amateur. L’année dernière, il y a eu 100 millions ! Personne ne m’a dit ça, or je suis allé voir tous les amateurs. Et puis, je suis quand même à Guingamp, je ne suis pas tout le temps dans ce bureau (de la FFF à Paris, ndlr). J’ai été longtemps président d’un club amateur, je sais d’où je viens. Je sais les difficultés et le bonheur aussi d’être amateur. Je n’ai aucune leçon à recevoir de personne. »

« J’ai quand même un peu l’impression d’avoir beaucoup fait pour le foot féminin, de défendre toujours Corinne (Diacre, la sélectionneuse des Bleues, ndlr), d’avoir une directrice générale que je défends car elle mérite, et d’avoir des femmes dans tous les services. Dans mon entreprise, j’ai 780 salariés et j’ai mes deux filles qui s’en occupent bien. Donc non, franchement, on peut toujours chercher ce qu’on veut, ça n’a aucun intérêt. Aucun regret. »

« Personne de sérieux n’a pu dire ça. Après Knysna, on a progressé de 30 %, on était sur une pente formidable. Le Covid-19 nous a fait rabaisser assez nettement, et avoir aujourd’hui des objectifs élevés est une erreur fondamentale. Il faut d’abord que la santé revienne partout. »

À noter que Noël Le Graët est à la tête de l’instance depuis 2011 et a été réélu en 2012 et 2017. Pour cette élection qui aura lieu lors de l’assemblée générale le 13 Mars prochain, Le Graët sera en lice avec deux candidats déclarés, Frédéric Thiriez (68 ans), ancien président de la LFP, et Michel Moulin (60 ans), entrepreneur et conseiller de clubs.