Patrice Motsepe

Election CAF : Le combat cessa, faute de combattants

Publié le : / Par

Initialement quatre sur la ligne de départ dans la course à la présidence de la Confédération Africaine de Football (CAF), il n’y a plus qu’un seul et unique candidat en lice ce jour. Et pour cause, trois des quatre prétendants au fauteuil d’Ahmad Ahmad se sont désistés pour soutenir le candidat sud-africain Patrice Motsepe. Simple plébiscite, ce dernier sera porté à la tête de l’instance africaine au soir de ce 12 Mars. Avant même cette date, le combat a déjà cessé en l’absence de combattants.

Patrice MotsepePour la succession au malgache Ahmad Ahmad à la tête de la CAF, quatre candidatures avaient été officiellement validées par l’instance faîtière du football africain. Il s’agissait notamment de la candidature du mauritanien Ahmed Yahya, du sénégalais Augustin Senghor, de l’ivoirien Jacques Anouma et du sud-africain Patrice Motsepe. Alors que les différents candidats ont battu campagne à travers des tournées dans différentes capitales sur le continent, il n’y aura finalement pas en fin de compte, une élection digne du nom.

Pour cause, pendant ce temps à Rabat au Maroc, sur instigation de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) et son président Gianni Infantino, le président de la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) Faouzi Lekjaa a initié des débats en vue d’arriver à un protocole d’accord. Ce dernier, acté le 06 Mars dernier lors de la finale de la Coupe d’Afrique des Nations des moins de 20 ans comme l’indique plusieurs sites notamment Wiwsport, présente la nouvelle équipe dirigeante de l’instance avec à sa tête Patrick Motsepe.

Me Augustin Senghor se contentera du poste de premier vice-président, Ahmed Yahya héritera pour sa part de la place de deuxième vice-président tandis que Jacques Anouma sera propulsé conseiller Spécial du président tout en gardant son statut d’Ambassadeur de la FIFA. Un protocole qui torpille le système électoral et la possibilité d’aller à un combat pour permettre à tel ou tel candidat de se démarquer du lot.

Pour marcher dans cette compromission, Augustin Senghor, Jacques Anouma et Ahmed Yahya se sont déjà retirés de la course pour permettre à leur challenger et futur président de la CAF de ne se heurter à aucune concurrence ou mauvais scénario lors du scrutin. Vu sous un autre angle, les candidats qui se sont retirés se seraient peut-être inscrits dans une vision de l’unité panafricaine, afin de permettre à une seule personne de porter un projet commun pour l’intérêt supérieur du football africain.

Ce n’est donc désormais plus qu’une question d’heure pour annoncer officiellement au peuple africain que c’est Patrice Motsepe, élu démocratiquement, qui conduira la destinée du football sur le continent pendant les quatre prochaines années.