Décès de l’ex-joueur Nabil Hemani: « Mon frère a été tué » déclare sa soeur

Décès de l’ex-joueur Nabil Hemani: « Mon frère a été tué » déclare sa soeur

Publié le : / Par

Le décès de l’ancien joueur de l’OM Ruisseau, la JS Kabylie, l’Entente de Sétif et le NA Hussein-Dey, Nabil Hemani, le 12 juin 2014 revient sur la scène aujourd’hui avec la dernière déclaration « surprise » de sa sœur.

 

En effet, la sœur de Nabil Hemani a affirmé à la chaine privée spécialisée algérienne El Heddaf TV que son frère a été tué et soutient que sa famille a toutes les preuves indiquant que l’ancien attaquant n’est pas mort accidentellement.

 

A rappeler que l’attaquant algérien Nabil Hemani âgé de 34 ans est décédé tragiquement en début de soirée le 12 juin 2014 à Alger.

 

L’ancien joueur de l’OM Ruisseau, la JS Kabylie, l’ES Sétif et dernièrement le NA Hussein Dey, a chuté brutalement du second étage d’un bâtiment.

 

A ce moment là, la cause retenue pour son décès a été annoncée comme accidentelle.

 

Buteur régulier, Hemani a passé l’essentiel de sa carrière à la JS Kabylie, avec qui il termine meilleur buteur du championnat à l’issue de la saison 2007/2008, et a décroche deux titres de champion en 2006 et 2008. Il passe aussi trois saisons à l’ES Sétif, avec qui il termine champion en 2009 et gagne la Coupe d’Algérie en 2010.

 

Il a compté 5 sélections avec l’équipe nationale d’Algérie durant l’année 2008, prenant part aux éliminatoires de la Coupe du Monde 2010 avec des déplacements au Liberia en Gambie et au Sénégal.

 

Durant la saison de son décès il évoluait au NA Hussein-Dey où il a participé à l’accession des Sang et Or en Ligue 1. Il a laissé derrière lui quatre petites filles.

 

Sa soeur relance donc l’affaire en annonçant : « Mon frère n’a pas chuté. Mon frère a été tué et nous avons les preuves », a-t-elle assuré à la chaîne El Heddaf TV. Elle  ajouté : « Nous avons reçu une lettre anonyme dans laquelle tout a été rapporté concernant les circonstances exactes de la mort de Nabil. Tout y a été indiqué au moindre détail. C’est à partir de cette lettre d’ailleurs que nous avons décidé de rouvrir le dossier. »