Crise du football malien : Pour mieux comprendre la situation!

Crise du football malien : Pour mieux comprendre la situation!

Publié le : / Par

 Cette AG ordinaire fait partie du processus de la Fifa pour mettre fin à la crise de la fédération malienne de football qui remonte à 2015 sous le mandant de Boubacar Baba Diarra.

Cette AG ordinaire sera bien supervisée par l’instance fédérale internationale qui, par l’intermédiaire de son émissaire Veron Mousengo, menace de suspendre le Mali en cas de sabotage de l’A.G.  Veron a bien précisé une telle initiative lors d’une audience avec le Premier Ministre, Boubou Cissé.

Et c’est la raison pour laquelle, le candidat Mamoutou Touré alias Bavieux qui avait succédé à l’ancien président de la Femafoot (Boubacar Baba Diarra) avant l’invalidation de son bureau par la Fifa pour mettre en place le Comité de Normalisation le 10 janvier 2018 a tenu à rassurer les férus du foot malien.

« Nous sommes d’accord avec l’exécution de la sentence. Nous sommes sereins et confiants pour la tenue de cette Assemblée qui est sans objet dans la mesure où l’ancien président de la Femafoot n’est plus aux affaires ».

Quant à Sékou Kéïta, colistier de Bavieux, il a précisé qu’  » Il n’y aura pas de problème si l’on respecte les textes de la Femafoot. Que le CONOR soit impartial pour respecter la règle de jeu et on passe à la prochaine étape de la feuille de route de la FIFA qui est l’organisation d’une A.G Elective. « .

De la feuille de route Fifa

Pour bien comprendre la situation il est utile de rappeler qu’il s’agira déxécuter la feuille de route de la Fifa adressée au Comité de normalisation de la Fédération malienne de football dirigé par Mme Daou Fatoumata Guindo depuis le 8 mars dernier. Le hic est que le Conor dont le mandat prendra le 31 août prochain, n’arrive pas à respecter cette feuille de route.

Alors qu’elle était initialement prévue pour le 18 mai dernier, la tenue de cette Assemblée générale ordinaire, ce samedi devrait tout simplement respecter la Sentence du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) du 15 novembre 2018 pour corriger l’Assemblée générale ordinaire du 10 janvier 2015 sous l’Inspecteur général de police, Boubacar Baba Diarra. Cela avec le même quorum et les mêmes ordres du jour, notamment la suspension de Yély Sissoko du poste de président de la Commission des Finances de la Femafoot.

En ce qui concerne l’ordre du jour de cette A.G.O de ce samedi, il est connu de tous car statutaire. La seule nouveauté reste les propositions de modification des statuts . Pour qu’une modification des statuts soit votée, la majorité absolue (50% +1) des membres ayant le droit de vote est nécessaire. « En cas de non  adoption des nouveaux textes,  les anciens textes seront appliqués.

 Les contestataires :
D’autre part, des contestataires expliquent que la feuille de route de la Fifa n’a pas été respectée puisqu’il n’y a pas de présence des 23 clubs de première division.

Le Comité de normalisation a pris un retard en ce qui concerne l’application de cette feuille de route de la Fifa. D’où l’inquiétude au niveau des instances dirigeantes du football mondial.

Malheureusement aussi, Mme Daou Fatoumata Guindo, la présidente du Conor et son équipe n’arrivent pas à organiser le championnat, malgré l’engagement des 23 clubs. On ne sait pas ce que Mimi cache alors.

Des contestataires expliquent que cette Assemblée générale ordinaire n’a aucun sens dans la mesure où Boubacar Baba Diarra n’est plus à la tête de la Fédération malienne de football. Qui pour défendre les différents rapports (financier et d’activité) à la place de Boubacar Baba Diarra ?

Le hic est que le camp de Sahala Baby veut faire croire à l’opinion nationale qu’il peut mettre en place un nouveau Comité Exécutif de la Femafoot à l’issue de cette Assemblée générale ordinaire. Ce qui est faux et archi-faux. Cette Assemblée générale ordinaire a été uniquement convoquée pour corriger seulement celle du 10 janvier 2015 qui n’était pas, d’ailleurs, une Assemblée élective.

 Ce qui reste du processus de la Fifa
Après avoir exécuté la Sentence du TAS, le Comité de normalisation convoquera une Assemblée Générale extraordinaire pour l’élection du nouveau Comité exécutif de la Fédération. Ce qui passe obligatoirement par un Appel à candidature. Et cette Assemblée générale extraordinaire élective devrait se tenir dans un délai de 45 jours.

C’est ce qui est précisé dans la feuille de route de la Fifa en date du 18 mars 2019.

Celle-ci précise d’ailleurs qu’“A l’issue de ladite assemblée générale ordinaire qui adoptera les nouveaux statuts de la Femafoot alignés avec les statuts et les exigences de la Fifa ; le Conor devra convoquer subséquemment, sur la base desdits statuts révisés, une Assemblée générale extraordinaire avec pour ordre du jour les élections du Comité Exécutif de la Femafoot. Les élections en question devront avoir lieu avant la fin du mandat du Comité de normalisation fixé au 31 août 2019”.