Covid-19 : le virus s’en prend au foot africain

Covid-19 : le virus s’en prend au foot africain

Publié le : / Par

Outre ses répercussions négatives sur la vie en générale et la trésorerie en particulier du monde du sport, la Covid-19 emporte aussi des vies humaines dans ce monde des sports notamment sur le continent africain. 

La dernière victime en date de ce virus est le président de la Fédération Ivoirienne de Football   (FIF) Augustin Sidy Diallo décédé samedi à l’âge 61 ans. Une disparition qui intervient au moment où une lutte acharnée est de mise au sein de la FIF quant à sa succession.  Pour rappel le défunt qui avait décidé de ne pas briguer un autre mandat ( le troisième) a été élu président de la FIF en 2011, puis réélu quatre ans plus tard.  

Il devait quitter son poste en août dernier, mais assurait depuis les affaires courantes. Mais avec cette covid-19 et suite à la décision de la Fifa de suspendre le processus électoral devant lui désigner un successeur, notamment après le rejet de la candidature de l’ex-joueur star des éléphants Didier Drogba, Diallo était toujours considéré comme le président de cette fédération Ivoirienne. D’ailleurs avant son décès, la même instance internationale avait même annoncé la positivité à la Covid-19 du défunt. Cette perte a été très ressentie au sein de la famille du football ivoirien tant Diallo jouissait d’une grande estime même si elle l’était moins lors de son second mandat. En effet lors de son premier passage à la tête de la FIF Diallo avait réussi a porté les éléphants sur le toit du continent avec cette coupe de la CAN remportée en 2015 face au Ghana, cette finale perdue en 2013 face à la Zambie et cette qualification en coupe du monde en 2014. Et ce avant qu’il ne fasse l’objet de contestation de la part de plusieurs présidents de club obligeant même la présidence de la République à fourrer son nez dans les affaires de la FIF lors de son second mandat. Ce qui l’avait contraint de ne pas briguer un troisième.

Quelques jours avant la disparition de Diallo, c’est le football algérien qui a été endeuillé par la Covid-19. Un football qui a perdu en moins  d’une semaine deux personnalités l’ayant marqué. Il s’agit de l’ex joueur et président de la JSK  Mohand Chérif Hannachi décédé le 13 novembre dernier  à l’âge de 70 ans  et de  l’actuel président de l’IRB Khemis- El Khechna (club amateur)  et ancien président de la ligue inter-région de Football et membre du Bureau fédéral Mohamed  Boukaroum  mort il ya trois jours  à l’âgé de 68 ans tout deux emportés par ce maudit virus. 

Tout comme  le virus avait emporté l’ancien arbitre international Mohamed Kouradji décédé  le jeudi 9 juillet 2020 à Constantine à l’âge de 68 ans.  Kouradji avait  officié la Coupe d’Afrique des Nations 1996 en Afrique du Sud, ainsi que lors de plusieurs matchs et compétitions internationales.  

Le Coronavirus a eu aussi raison du  charismatique Pape  Diouf décédé à Dakar (Sénégal) le 31 mars dernier à l’âge de 69 ans.  Pape Diouf a été le premier et jusque-là le dernier président de couleur à officier dans le championnat français de ligue 1 en étant à la tête du mythique  club français de l’OMarseille de 2005 à 2009.  Pape Diouf avait été aussi journaliste sportif,  homme d’affaires avisé et surtout agent de nombreux joueurs qui ont connu leur heure de gloire. On citera entre autres Basile  Boli,  Joseph  Antoine Bell, Abédi Pelé, Frédéric Kanouté, Nordine Naybet, Didier Drogba  et feu Marc-Vivien  Foé et bien d’autres joueurs français champions du monde comme Lauret Blanc et Marcel Dessailly.

C’est dire que ce maudit virus a emporté de grandes figures footballistiques du continent. Un continent qui continue à enregistrer et  à enterrer   chaque jour des centaines  de ses meilleurs enfants frappés par cette pandémie.

Une pandémie qui paralyse aussi de nombreuses disciplines sportives qui meurent à petit feu dans certains pays tant  les moyens de subsistance se raréfient.