COUPES INTERCLUBS 2019 : LA PRÉVISIBLE  BÉRÉZINA  DES CLUBS CAMEROUNAIS

COUPES INTERCLUBS 2019 : LA PRÉVISIBLE BÉRÉZINA DES CLUBS CAMEROUNAIS

Publié le : / Par

Coton sport de Garoua, et New stars de Douala, les deux dernières équipes camerounaises engagées en Coupe de la CAF ont été sortis dimanche, respectivement par Asante Kotoko (Ghana) et Gor Mahia du Kenya, lors de la 2e phase des 16ès de finale de la compétition. Elles échouent aux portes de la phase de groupes au terme d’un parcours chaotique, notamment pour les Cotonniers, champions du Cameroun en titre. Eliminé en 16ès de finale de la CAF Champion’s League, le club de Garoua a été reversé en Coupe de la CAF, où il a hérité des Ghanéens de Kotoko. Une dernière chance que n’a pas su saisir les hommes de Bertin Ebwelé, qui en six matchs de coupes africaines, ont enregistré quatre victoires, pour seulement deux victoires. Un bilan très médiocre pour assurer leur survie dans les joutes africaines cette saison.

La formation de New stars est celle qui portait plus ou moins les espoirs du Cameroun en coupes interclubs cette saison. Les «Nouvelles étoiles» ont bravé presque tous les obstacles au tour préliminaire, mais sont tombés à l’ultime étape, ayant réussi à se défaire tour à tour de Vital’O du Burundi et d’Al Ahly Tripoli. En raison du nouveau règlement de la CAF qui prévoit désormais les barrages en 16ès de finale entre les meilleures équipes de la Coupe de la CAF et les tocards de la Ligue des champions, les hommes de Gérard Mbimi ont eu pour adversaires Gor Mahia du Kenya.

Battus 2-1 à l’aller, les équipiers de Junior Ngongang avaient besoin juste d’un but pour poinçonner leur ticket pour la phase de groupes. Ils n’y sont pas parvenus. Paradoxalement, ayant fait le plus dur en inscrivant le fameux but à l’extérieur, les Camerounais sont restés dans leur disette à domicile car, durant leur campagne africaine, ils n’ont pas inscrit le moindre but à domicile. L’UMS de Loum, l’un des représentants en Ligue des champions, avait été éliminé précocement par Lobi Stars du Nigeria dès l’entame de la compétition.

Longue disette

Cette année encore, aucune équipe camerounaise ne s’est hissée en phase de groupes. La dernière fois qu’une équipe camerounaise a atteint la phase de groupes en coupes africaines remonte à 2014, et c’était Coton sport en Coupe de la CAF. La disette se prolonge, le football camerounais souffre de cette représentativité à l’échelle continentale, pour des raisons diverses. En prenant part aux compétitions africaines cette saison, aucun club camerounais n’avait disputé le moindre match de compétition depuis la fin du championnat précédent en juillet 2018.

Les équipes sont dans l’expectative de la nouvelle saison, dont le démarrage est annoncé le 26 janvier prochain, dans un contexte de crise entre la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc) et les clubs. Pour Hervé junior Menom, journaliste à la Radio sport Info, le déficit de compétitivité résultant de l’absence de championnat est l’une des causes majeures de cette bérézina des clubs camerounais. «Il y a manque de planification de notre football, associé aux balbutiements observés pour une  simple organisation d’un championnat, qui génèrent des résultats que nos clubs affichent désormais en compétitions interclubs. Désormais l’objectif c’est de participer, et atteindre les barrages est un honneur. Hélas !», analyse-t-il.

Les équipes camerounaises font également face à des problèmes structurels. Elles ne sont professionnelles que de nom, et souffre d’un manque criard de moyens financiers pour bâtir de véritables projets. A cause de ces tensions de trésorerie d’ailleurs, New stars de Douala était sur le point de manquer son voyage pour Nairobi au match aller face à Gor Mahia, n’eut été la prompte réaction des pouvoirs publics pour le déblocage des fonds en faveur de l’équipe. Cette précarité, conjuguée au management approximatif des dirigeants du football entre autres, réduisent les équipes camerounaises à une simple participation honorable sans objectifs précis en coupes africaines.