Coupe du monde féminine 2019 : l’Afrique n’a pas été gâtée par le tirage !

Publié le : / Par

 

L’Afrique du Sud, le Cameroun et le Nigeria fixés sur l’identité de leurs adversaires en phase finale de cette compétition. Les trois pays ont hérité pour la plupart des équipes du haut du tableau au classement Fifa féminin, et doivent cravacher dur pour sortir de la phase de groupes.

Le tirage au sort de la Coupe du monde féminine 2019 a eu lieu samedi à Boulogne-Billancourt en France. Les trois pays africains qualifiés pour la phase finale connaissent leurs adversaires en phase de poules. Et les ambassadrices du continent n’ont pas bénéficié d’un tirage au sort clément. Le Nigeria, le Cameroun et l’Afrique du Sud se coltinent les équipes du haut du tableau au classement Fifa féminin, actualisé le 7 décembre dernier.

Les Super Falcons, championnes d’Afrique en titre, sont logées dans la poule A de la France (3e), de la Norvège (13e) et de la Corée du Sud (14e). Le Nigeria est la première nation en Afrique, et n’apparait qu’au 39e rang. La France est super favorite dans cette poule, forte de son statut de pays organisateur, mais aussi de son embonpoint sur la scène internationale (quatre victoires sur ses quatre derniers matchs amicaux). Les Nigérianes, peuvent néanmoins jouer leurs cartes dans ce groupe, avec l’obligation de s’imposer contre la Norvège d’Ada Hegerberg (Ballon d’or féminin 2018) et la Corée du Sud, qui ne sont pas moins des dures à cuire.

L’Afrique du Sud est montée en puissance lors de la dernière CAN féminine, en occupant la deuxième place. Grâce à cette performance, les Banyana Banyana se sont qualifiées pour la première fois à une phase finale de coupe du monde. Et pour ce coup d’essai, les filles de Desiree Ellis  ont hérité du groupe de la mort avec l’Allemagne (2e), l’Espagne (12e) et la Chine (15e). Les Allemandes, médaillées d’or olympiques 2016 et quatrièmes au mondial 2015, sont les plus redoutables de cette poule B.

Les Lionnes indomptables évoluent dans le groupe E avec le Canada (5e) la Nouvelle-Zélande (17e) et les Pays-Bas (7e). Pour sa deuxième participation au mondial, le Cameroun doit pouvoir tenir son rang et passer le premier tour comme en 2015. Mieux, Christine Manie et ses équipières doivent aller au-delà des huitièmes de finale. Il faudra absolument faire le poids avec la Hollande, championne d’Europe en titre, mais aussi du Canada, double médaillé de bronze aux Jeux olympiques de 2012 et 2016, et quart de finaliste lors de la Coupe du monde organisée en 2015 à la maison.