Coupe de l’Uniffac féminine : La compétition reportée sine die pour défaut de financements

Coupe de l’Uniffac féminine : La compétition reportée sine die pour défaut de financements

Publié le : / Par

Par deux fois, le tournoi de l’Union des fédérations de football d’Afrique centrale (Uniffac) version féminine subit des atermoiements. Initialement prévu en mai dernier, le tournoi dédié aux sélections féminines U17 du Cameroun, du Gabon, de la RCA, du Tchad, du Congo, de la Guinée Equatoriale et de Sao-Tomé et Principe, a été reprogrammé du 13 au 22 septembre 2018, à Bangui, la capitale de la République Centrafricaine. Il a une fois de plus été reporté à une date ultérieure, a appris AFU, d’une source au sein du bureau de l’Uniffac.

 

«C’est la faute aux moyens financiers. Nous avons fait un budget prévisionnel que nous avons adressé à la CAF, car c’est elle qui finance désormais les activités de l’Uniffac. Et nous attendons qu’elle le valide. Une fois que ça sera fait, le tournoi sera reprogrammé», confesse notre confident qui refuse de dévoiler le montant.  

Dissensions  politiques 

Cette réponse n’est qu’un indicateur du malaise qui prévaut au sein de cette instance sous-régionale, en proie à des dissensions entre les membres du bureau. En mai en effet, Le Tchad, le Congo Brazzaville et le Gabon avait entrepris de surseoir leur implication dans les activités de l’Uniffac, à cause des irrégularités dénoncées par les présidents de fédérations de ces pays. Ils fustigeaient alors «la délocalisation du siège et du compte bancaire de l’institution à Bangui, et la nomination d’un ressortissant centrafricain aux fonctions de Secrétaire Général de l’Union, en parfaite violation des dispositions statutaires».

Lesquelles dispositions précisent que «le siège de l’Uniffac est fixé à Libreville en République Gabonaise», mais aussi que la fonction de Secrétaire général est assumée par un ressortissant du pays qui abrite le siège.

La délocalisation du siège n’a pas fini de créer des inimitiés entre responsables de l’Uniffac, et continue de déteindre sur la planification des activités sportives de l’instance.