Côte d’Ivoire : Trois dossiers brûlants sur la table du CONOR 

Côte d’Ivoire : Trois dossiers brûlants sur la table du CONOR 

Publié le : / Par

Depuis jeudi, le mandat du Comité de Normalisation a officiellement pris effet. Ceci après l’installation de ses trois membres conduit par Mariam Dao Gabala. S’ils ont des missions précises à menées, ils sont déjà face aux dures réalités du football ivoirien avec des crises à dissiper.

Deux des dossiers brûlants qui pendent déjà au nez de Mariam Dao Gabala et ses pairs sont des cas mentionnés par la FIFA dans sa prise de décision d’installer un Comité de Normalisation. Il s’agit de la crise qui a débouché sur un monstre à deux têtes au sein de l’Africa Sports d’Abidjan et de l’Amical des Arbitres de Football de Côte d’Ivoire (AMAFCI). Pourtant, le Comité a deux premiers objectifs à atteindre au plus vite : distribuer les fonds Covid et vite relancer le championnat national.

Cependant, fermer les yeux sur les dossiers chauds de l’heure ne ferait que perturber l’évolution des choses. En effet, l’Africa Sports est actuellement détruit par une crise qui ronge le club depuis plusieurs mois. La direction du club est divisée entre Alexia Vagba et Antoine Bahi. Deux hommes se réclamant président légitimite de l’Africa Sports. Une situation qui n’a pas échappée à la FIFA puisque ça prive le club de son droit de vote dans la course à la présidence de la FIF. Laisser cette crise perdurer ne serait qu’un frein au bon déroulement du processus électoral.
Le deuxième dossier n’est que le résultat de la division née dans la famille du football ivoirien depuis le processus électoral enclenché à la FIF. Il s’agit de l’Amicale des Arbitres de Football de Côte d’Ivoire.  Le cas de l’ AMAFCI ne sera pas simple. Une association divisée par leur soutien aux candidats engagés dans la course à la FIF. Il y a un bloc dirigé par Coulibaly Souleymane qui a accordé son parrainage au candidat Sory Diabaté. L’autre bloc dirigé par Roland Danon Leonce soutien Didier Drogba. Ce cas de l’AMAFCI a également été pris en compte par la FIFA qui s’est saisi du dossier.
Si le Comité de Normalisation a reçu mandat de vite relancer le championnat national, il sait qu’il faudra passer par une étape importante. Régler le problème de la montée en Ligue 1. Après une saison tronquée par la pandémie de coronavirus, l’ex Bureau Exécutif de la FIF a voulu d’un tournoi pour déterminer les clubs qui vont accéder à l’élite. Une décision qui ne reçoit pas l’assentiment des clubs comme Stade d’Abidjan, Stella d’Adjame, ES Bafing, AS Denguele et LYS Sassandra. Ces clubs n’ont qu’un souhait: permettre aux clubs qui ont fini en-tête avant l’arrêt du championnat de Ligue 2 d’accéder directement en Ligue 1. Ce qui augmenterait le nombre de clubs à 16 voir 18 en Ligue 1.
Une chose est sûre ! Toutes les composantes du football ivoirien doivent être réunies autour de la réunification pour sauver l’intérêt commun : le football ivoirien. Un idéal dont la présidente du CONOR en a conscience. «Je sais que c’est difficile. Mais nous devons aller au charbon. C’est ensemble que nous réussirons. Pour la Côte d’Ivoire, nous devons nous engager. C’est ensemble que nous allons prendre les décisions. Si nous ne sommes pas ensemble, nous n’allons pas réussir.» a déclaré Mariam Dao Gabala.