Côte d’Ivoire : « Il y a trop de choses qui sont laissées au hasard », Patrice Beaumelle

Non reconduit à la tête des Eléphants à la fin de son contrat le 6 avril dernier, Patrice Beaumelle n’a pas gardé que de bons souvenirs de son aventure en Côte d’Ivoire.

Avatar photo Par 03/05/2022 - 10:19
Côte d’Ivoire : « Il y a trop de choses qui sont laissées au hasard », Patrice Beaumelle

Le technicien français regrette surtout des problèmes d’organisation qui ont parfois rejailli sur les performances de la sélection nationale.

Dans une interview accordée à Foot Mercato, Patrice Beaumelle est revenu sur l’échec des Eléphants à la Coupe d’Afrique des Nations 2021 au Cameroun. Selon le technicien de 44 ans, qui a déjà remporté cette compétition une fois avec la Zambie (2012) et la Côte d’Ivoire (2015) en tant qu’adjoint de Hervé Renard, il lui a manqué deux choses pour réussir cette fois-ci en tant que sélectionneur principal des Éléphants. Comme premier facteur, Beaumelle relève un manque de réussite. Lui qui a connu 7 participations en Coupe d’Afrique des Nations avoue avoir connu sa compétition la plus aboutie, du point de vue maîtrise, en 2021.

« Dans le contenu, on était très intéressant avec ce match contre l’Algérie comme référence. En 2015, on fait des matchs sans trop maîtriser même quand on gagne. Je me souviens que contre l’Algérie en 2015, on gagne 3-1, mais je n’ai pas peur de le dire : on se fait trimballer tout le match », a-t-il fait remarquer.

« Le comité de normalisation ne connaissait pas les rouages du football »

 

Au manque de réussite qu’ont connu les Éléphants s’ajoute l’instabilité de la fédération qui a beaucoup joué. En effet, pendant deux ans, la Côte d’Ivoire est restée sans président de Fédération. Le Comité de Normalisation, qui a pris la transition, ne faisait pas le poids selon le Français. « Mon président, celui qui m’avait fait signer, est décédé. Il n’y a pas eu d’élections derrière et le comité de normalisation ne connaissait pas les rouages du football. On a senti qu’on ne pesait pas dans la balance d’un point de vue puissance de la fédération. On n’avait pas un président charismatique », a regretté Patrice Beaumelle, qui prend en exemple Samuel Eto’o au Cameroun.

« Par exemple, contre le Cameroun, Samuel Eto’o, qui n’était même pas président, était présent pour ce match décisif. Nous, il nous fallait juste un match nul pour aller aux barrages du Mondial et on avait personne. On s’est senti seul. Pour aller au haut niveau, il faut se sentir épaulé. Augustin Sidy Diallo, paix à son âme, on était sa famille. J’ai le sentiment d’avoir été seul au monde depuis sa disparition », a-t-il déclaré.

« En Côte d’Ivoire, il y a trop de choses qui sont laissées au hasard »

 

En deux ans passés sur le banc de la sélection ivoirienne, Patrice Beaumelle s’est rendu compte qu’il y a eu des largesses à certains niveaux et qui ont été fatales aux Eléphants. « Les détails, ce n’est pas que d’un point de vue sportif. En Côte d’Ivoire, il y a trop de choses qui sont laissées au hasard. On doit remettre le football au centre. On doit servir le football et ne pas s’en servir ». Selon lui, la Côte d’Ivoire a parfois concédé des contre-performances, pas forcément pour des raisons sportives, mais plutôt administratives. C’est le cas du match amical perdu 2-1 face à la France en mars dernier lors de la trêve internationale.

« Par exemple, quand on perd du temps pour faire des VISA, on laisse trop d’énergie. Avant le match de la France, quand tu as 17 joueurs qui passent des journées pour faire des VISA pour partir en Angleterre à trois jours du match…, ce sont des détails qui font que peut-être que sans cette perte d’énergie, on ne prend pas ce but et qu’on marque même à la fin. C’est trop facile d’attaquer les joueurs ou l’entraîneur. Il faut corriger ces détails. Je pense que notre défaite 2-1 face à la France, ce n’est pas sportif, c’est administratif », a pesté Patrice Beaumelle.

 

© Africafootunited, 2022 L’utilisation et/ou la duplication non autorisée des contenus, images ou logo de la marque sans autorisation expresse et écrite d’Africa Foot United est strictement interdite. Tout utilisateur qui agit en fraude des présentes avis de droit d’auteur s’expose à des poursuites civiles et pénales par l’éditeur du site.
Avatar photo
Je suis Jules Sessiwèdé Tovodounon, journaliste reporter sportif béninois spécialiste des questions du football à Africa Foot United. Je suis aussi passionné du basketball, du tennis et du handball.
Nos recommandations: