Côte d’Ivoire – Election FIF: Les parrainages, un véritable casse-tête

Côte d’Ivoire – Election FIF: Les parrainages, un véritable casse-tête

Publié le : / Par

Celui qui aura compris les histoires de parrainage pour les élections à la Fédération Ivoirienne de Football (FIF), aura résolu une bonne partie du ‘’mystère’’ observé jusqu’à présent. Après la clôture des dépôts des candidatures samedi dernier à la présidence de la FIF, l’histoire des parrainages qui a fait voir la misère à Didier Drogba, continue de nourrir l’actualité footballistique ivoirienne. Elle revient de plus belle. Cette fois-ci, elle nous révèle une autre facette qu’on était loin de se douter. Les trois candidats phares se retrouvent avec des parrains en commun.

Les parrainages des candidats à la présidence de la FIF, sont un véritable casse-tête pour tous les acteurs du football ivoirien. C’est une équation à mille inconnus. Le jeudi 30 juillet 2020, Sory Diabaté et Idriss Diallo ont déposé leurs dossiers à la commission électorale. Selon le constat fait, ces deux adversaires se retrouvent avec trois parrainages en commun.

Les candidat Yacine Idriss Diallo et Sory Diabaté partagent trois parrains. Il s’agit de deux clubs de Ligue 1 (Sporting Gagnoa et le WAC) et de l’Association des Anciens Footballeurs. C’est une situation un peu gênante que doivent gérer les deux candidats. Et ce n’est pas tout. Le jour de la clôture du dépôt des dossiers, Didier Drogba s’est aussi mêlé à la danse en déposant sa candidature. Comme on pouvait se douter, il partage aussi des parrains avec les deux autres candidats.

Au niveau des clubs par exemple, l’Africa Sports qui a donné à Didier Drogba sa lettre de parrainage, se retrouve aussi sur la liste de Sory Diabaté. Le Sporting de Gagnoa se retrouve sur la liste des 3 candidats. Au niveau des groupements d’intérêt, l’association des arbitres est le seul groupement qui parraine Didier Drogba. Mais au même moment, elle se retrouve à être le parrain de Sory Diabaté. Toutefois, il est à noter que ce dernier cas a une petite différence. C’est la branche dissidente de l’association des arbitres qui a offert sa voix à super DD.

Dans un cas comme dans l’autre, la commission électorale se retrouve face à un vrai dilemme. Que va-t-elle décider ? La réponse est vivement attendue car les textes de la FIF ne disent rien clairement en la matière.