Côte d’Ivoire : Élection à la FIF, mais à quel jeu joue la FIFA ?

Côte d’Ivoire : Élection à la FIF, mais à quel jeu joue la FIFA ?

Publié le : / Par

Après avoir bloqué le processus électoral et auditionné les acteurs engagé dans la course à la présidence de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF), la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) s’est retranchée dans un mutisme hors norme.

Le football local ivoirien est à l’arrêt depuis plusieurs mois. Si la raison dans un premier temps est liée à la propagation du coronavirus, la suite n’est plus la faute du virus COVID-19. La cause actuelle, est le blocage du processus électoral par la faîtière mondiale du football. Une situation qui a occasionné la suspension du début de saison. Les acteurs locaux et les candidats engagés à cette élection sont dans l’angoisse et dans un casse-tête chinois.

Pourtant, l’institution dirigée par Gianni Infantino avait annoncé qu’elle interviendrait « dans les plus brefs délais ». L’instance mondiale semble être à la peine sur ce dossier.

À l’origine de l’arrêt du processus électoral le 27 août dernier, la FIFA avait annoncé la mise en place d’une Commission FIFA-CAF afin d’entendre les acteurs concernés par cette situation. Après un mois de tergiversations, la Commission FIFA-CAF a finalement procédé aux auditions desdites parties par visio-conférence, du 28 au 30 septembre dernier. Et contre toute attente, les vieux démons ont ressurgi. La FIFA a encore préféré ne pas communiquer.

La logique aurait voulu qu’elle fasse une annonce afin de situer les responsabilités ou prendre une décision permettant au processus électoral de se poursuivre normalement.

Et comme il fallait s’y attendre, la FIF a annoncé le report de la reprise du championnat national pour le compte de cette saison 2020/2021 en évoquant le blocage du processus électoral. Déjà impacté par la crise du coronavirus, les clubs ivoiriens et les joueurs payent le lourd tribut de cette crise. Première conséquence, l’arrêt des entraînements à l’Africa Sports. Le deuxième plus grand club de Côte d’Ivoire a du mal à poursuivre les séances d’entraînements alors que la date de la reprise semble bien loin. Comme le club Vert et Rouge, d’autres formations de Ligue 1 devraient faire autant, apprend on.

Capable de monter au créneau pour dénoncer l’ingérence des autorités camerounaises dans le conflit Fécafoot-Ligue Football Professionnel du Cameroun (LFPC), la FIFA doit également pouvoir trancher sur la question du processus électoral en Côte d’Ivoire. Probablement exaspérés de cette situation, les candidats à la candidature de la FIF n’ont pas voulu se prononcer sur ce mutisme de la FIFA.

Entre situation socio-politique tendue et une incertitude grandissante au niveau des élections à la FIF, le foot ivoirien est plongé dans un véritable chaos avec pour responsable à priori, la FIFA.