equation CHAN Total 2020 : La difficile épreuve des tests Covid-19

CHAN Total 2020 : La difficile épreuve des tests Covid-19

Publié le : / Par

Obtenir les résultats des tests Covid imposés à la fois aux joueurs, encadreurs, officiels, volontaires, journalistes, photographes… est un véritable calvaire depuis le début de la compétition.

C’est le principal casse-tête des équipes participantes à cette sixième édition du Championnat d’Afrique des Nations. L’équation des tests de Covid-19 s’avère finalement être la  plus compliquée à résoudre dans cette compétition. « A vrai dire, je n’ai pas voulu parler de cette pandémie parce qu’elle nous met plus de pression que la compétition. Moi, ça m’empêche de dormir parce que jusqu’au jour du match, tu ne sais pas avec quelle équipe tu vas jouer. » Nous a confié presqu’en colère, Harouna Doula, le sélectionneur du Niger au terme de la rencontre face au Congo (1-1) jouée jeudi soir au stade de Japoma. Le technicien des Mena a dû se passer de quatre de ses éléments pour cette rencontre à cause des tests positifs au Covid-19.

L’information n’est  tombée qu’à quelques heures du match, plombant les plans du technicien. Il invite à plus de célérité dans la délivrance des résultats « Il faudrait que les décideurs trouvent la solution à ce problème parce qu’un entraineur doit avoir son équipe. Mais au dernier moment, on vous dit que quatre de vos joueurs ne pourront pas prendre part au match, on est dans la gymnastique. Je pense que c’est très handicapant pour un entraineur. »  Fait-il remarquer. Avant cette sortie d’Harouna Doula, c’est le sélectionneur du Maroc Houcine Ammouta, qui avait poussé un coup de gueule sur l’opération des tests Covid-19, en conférence de presse d’avant-match contre le Rwanda ce jeudi 21 janvier 2021. «  Ce n’est pas raisonnable. Nous allons effectuer notre ultime séance d’entraînement avant le match, sans avoir reçu les résultats des tests. Comment sommes-nous sensés déterminer l’ossature de notre onze titulaire ? », A-t-il fustigé.

Demande

Le protocole sanitaire mis en place par la Confédération africaine de football (CAF) dans le cadre de cette compétition prévoit un prélèvement pour  des tests de Covid-19 aux joueurs et encadreurs des sélections, toutes les 48 heures avant chaque rencontre. Ledit protocole ne se limite pas uniquement aux joueurs. Les officiels, le corps arbitral, les stewards, les ramasseurs de balle, les volontaires, les journalistes, les photographes… y sont également soumis. Ce qui renforce la demande en la matière, occasionnant des ruptures fréquentes et faisant en sorte que les résultats ne soient pas toujours livrés à temps. Ce jeudi 21 janvier 2021, plusieurs hommes de médias ont dû manquer les deux rencontres du Stade de Japoma entre la Libye et la RDC et entre le Niger et le Congo après avoir attendu en vain leurs résultats. « Ça fait deux jours que j’ai effectué mes tests à la maison de parti de Bonanjo. Mais jusqu’ici, je n’ai pas encore pu l’obtenir malgré plusieurs tours déjà effectués dans ce centre. J’ai dû rater les deux  matches d’hier au Stade de Japoma à cause de ce problème. » Explique Le Prince Fogue, journaliste. Des résultats que d’autres journalistes attendent depuis les premières journées de la compétition. Dans les centres retenus pour cette opération, le personnel médical semble impuissant parce que totalement débordé.

Un test n’ayant qu’une validité de 48 heures, les photographes et journalistes qui souhaitent participer à toutes les rencontres devraient normalement se faire prélever pratiquement tous les jours. Un véritable calvaire.