CDM des Clubs : Le Bayern Munich sur le toit du monde

Publié le : / Par

Grâce à une courte victoire obtenue face aux Tigres UANL en finale de la Coupe du monde des Clubs, le Bayern Munich remporte son sixième titre. Les Bavarois, auteurs d’une saison historique, s’inscrivent encore plus dans l’histoire du football. Mission accomplie pour Hansi Flick et ses protégés.

Le choc de la finale entre le Bayern Munich et les Tigres UANL a tenu toutes ses promesses de spectacle. Dès les premières minutes du match, le club bavarois met le pied sur le ballon et donne le ton de la rencontre. Dominateurs, les Allemands multiplient les assauts sur le but des champions de la CONCACAF. Les Tigres procèdent par contre mais n’arrivent pas à inquiéter Manuel Neuer. A la 19è minute, Joshua Kimmich décroche une frappe croisée lointaine qui finit sa course dans les buts de Nahuel Guzman. Après vérification du VAR, le but est annulé pour action de jeu de Robert Lewandowski alors en position de hors-jeu. Les deux équipes rejoignent la pause sur un score nul.

Au retour des vestiaires, les deux équipes se ruent vers l’attaque. Le Bayern appuie sur l’accélérateur. La défense des Tigres plie mais ne rompt pas. A la 61è minute, le Bayern est récompensé pour ses nombreuses offensives et ouvre le score grâce à Benjamin Pavard. Le défenseur français pousse le ballon dans le but vide après une intervention de Guzman sur une tête de Robert Lewandowski. L’ouverture du score ouvre des espaces pour Leroy Sané qui cause beaucoup de problèmes à la défense mexicaine.

Entré en jeu à la 64è minute à la place de Serge Gnabry, Corentin Tolisso voit sa frappe repoussée par le portier des Tigres, heurter le poteau à la 80è. Quelques minutes plus tard, Eric Maxim Choupo-Moting, remplaçant de Lewandowski à la 73è, slalome sur le côté droit. Il élimine quelques défenseurs et passe à Douglas Costa lui aussi entré en jeu à la 73è, qui bute sur Guzman. Les occasions de but se multiplient, mais plus aucun but ne sera inscrit jusqu’à la fin de la rencontre. Un seul but aura donc suffi au Bayern pour s’installer sur le toit du monde.

Jean-Christo Deguenon