Hubert Velud

CC – CAF: Hubert Velud exprime sa joie après la qualification de la JSK

Publié le : / Par

Après la qualifications de la JSK en finale de la Coupe de Confédération de la CAF, tous les coaches qui ont drivé la Jeunesse Sportive de Kabylie (JSK) ces dernières années ont tous exprimé leur satisfaction de voir cette équipe atteindre la finale.

Parmi ces derniers, Hubert Velud, l’actuel coach de la sélection nationale du Soudan. Lui avait déjà vécu une aventure continentale avec la formation Kabyle. D’ailleurs, il a été vite adopté en Kabylie au point où il a été surnommé Vélaid (un prénom très répandu en Kabylie.  Bien qu’il soit au Soudan, Da  Vélaid n’a pas oublié les moments passés en Kabylie, et il n’a cessé de le dire  » je suis Corse de naissance et Kabyle d’adoption », a-t-il confessé, tant il a aimé la région et ses hommes.

La qualification de son ancienne équipe ne l’a pas laissé insensible. Il ne ressent que du bonheur. « Bien évidemment que je suis très heureux de cette qualification. Je suis heureux pour l’équipe mais aussi pour toute la Kabylie qui a supporté son équipe et a cru en elle. ». Vélaid a aussi été épaté par les joueurs « c’est remarquable comme ils sont en pleine progression. Ils ont été époustouflants tout au long du parcours ».  Il n’a pas manqué de rendre aussi un hommage très appuyé à son compatriote Denis Lavagne  dont il ne tarira pas d’éloges : « Il a fait un excellent travail. Il est professionnel jusqu’au bout des ongles et les résultats ne sont là que pour attester de tout cela. Il est très consciencieux dans son travail. Il a su trouver les mots justes et surtout la bonne méthode pour tirer tout le groupe vers le haut après avoir été au creux de la vague. Son empreinte sur l’équipe est indéniable. Il mérite bien d’être récompensé avec cette équipe par un titre continental. ». Il en fera de même pour l’équipe dirigeante à sa tête Chérif Mellal « Franchement il fallait avoir un mental de fer pour résister à toutes ces attaques et velléités de déstabilisation auxquelles elle avait eu à faire face. Cette équipe dirigeante mérite aussi un titre cette saison pour la récompenser de tous ses efforts. »

S’agissant de l’adversaire pour cette finale, le Raja de Casablanca, qu’il connaît bien pour avoir eu à l’affronter la saison dernière en phase de poules dans cette même compétition avec la JSK, Velud  a estimé que la formation marocaine est moins forte cette année « sur ce que j’ai vu en second mi-temps du match du Raja- Pyramids, Ce n’est pas le grand Raja. Mais comme toute finale et sur un match tout est possible ». Il ne manquera pas de mettre aussi en exergue les points forts de cette équipe du Raja « les points forts du Raja sont ses   deux 2 attaquants Rahimi et Ben Malengo….Sinon dans les autres lignes c’est prenable. Il suffit à la JSK de croire en cette finale et en les possibilités des joueurs d’aller chercher le trophée. ». Et comme toute finale, cela pourrait se jouer sur un détail et surtout éviter les erreurs dues à la déconcentration.  Pour ce faire et comme tuyau, il demande à toute l’équipe dans toute sa composante « de ne pas se mettre trop de pression. De bien défendre déjà et jouer son jeu. ».

Velud est aussi heureux qu’on lui apprenne que la finale de la coupe de la ligue prévue avant le déplacement à Cotonou est reportée à une autre date « c’est une bonne chose, cela permettra à l’équipe de se préparer comme il se doit mentalement s’entend à cette finale. ». Toutefois, il suggère que l’équipe dispute au moins un match de championnat avant de se rendre au Bénin « il est nécessaire d’avoir un match dans les jambes. »

Enfin, il nous apprendra qu’il a été invité par la direction de la JSK à assister à cette finale à Cotonou mais « malheureusement je ne pourrai y être tant d’une part c’est un peu loin et cela coïncide avec mon congé d’autre part. Mais je vous assure que si c’était en Algérie, au Maroc ou en Tunisie, je me serais fait un devoir d’être présent. ». Enfin, il conclut par un message à l’endroit des joueurs. « Hé ! Les gars faites-nous plaisir et ramenez-nous cette coupe.».