CAN U17

CAN U17: Quand l’IRM fait des ravages dans les sélections

Publié le : / Par

Plusieurs sélections africaines U17 seront privées de quelques joueurs pour cause de résultats de l’imagerie par résonance magnétique (IRM), qui ont démontré que l’âge réel est supérieur à celui déclaré.

Il est loin le temps du trafic de l’âge des joueurs des jeunes catégories pour réaliser un bon résultat ou gagner une compétition continentale. En effet, le contrôle par imagerie par résonance magnétique, désormais imposé par la CAF, ne laisse plus de marge de fraude. Les premiers résultats ne laissent plus de place au doute, la fraude est réelle. La Côte d’Ivoire se retrouve sans sept joueurs, ayant participé aux éliminatoires, car leurs IRM indiquent que leur constitution osseuse n’était guère compatible avec leurs âges déclarés. Ce pays est le plus touché, mais pas le seul, puisque le Maroc est également obligé de se passer des services d’un joueur important (Sadik) pour la même raison. L’Algérie a elle aussi écarté de sa liste un joueur pour le même motif, tout comme la Zambie. Il ne s’agit pas d’accuser les fédérations des pays concernés de fraude ou de tentative de fraude, mais, ce processus de contrôle par IRM permet d’éviter le trafic. S’il n’est pas exclu que la fraude émane du joueur lui-même ou de ses parents sans que la fédération de son pays n’en soit complice, cette pratique répréhensible était l’apanage d’un certain nombre de fédérations sur le continent africain par le passé.

A vue d’œil on constatait que les joueurs ne faisaient pas leurs âges, et qu’ils n’étaient pas de la catégorie. Mais, comme les moyens de contrôle n’étaient pas disponibles, l’on se complaisait dans cette situation et on laissait faire. Les contestations des pays lésés par cette pratique frauduleuse, car respectant la catégorie d’âge, n’étaient guère prises en considération. Il a fallu que des preuves soient trouvées au fil des compétitions pour que l’on se décide du côté de la confédération africaine de football à imposer cette mesure. Il faut croire qu’elle est salutaire car elle met à l’injustice. C’était vraiment injuste de recourir à ce procédé condamnable pour gagner un titre. C’est comme si un athlète prend de l’avance sur la ligne de départ sur ses autres concurrents et gagne la course. Désormais, que le meilleur gagne dans le respect des règles.