CAN en janvier : la mauvaise foi des clubs européens

Depuis plusieurs semaines, les clubs européens tempêtent au sujet de la Coupe d’Afrique des Nations prévue aux mois de janvier-février au Cameroun. Ces écuries du vieux continent donnent l’impression de n’avoir découvert le calendrier de la CAN que maintenant. L’on savait pourtant depuis plusieurs le mois de janvier 2020 que la plus prestigieuse des compétitions […]

Avatar de Wiliam Tchango (depuis Yaoundé) Par 24/12/2021 - 16:22
CAN en janvier : la mauvaise foi des clubs européens Nasser al-Khelaïfi- crédit photo : icon sport

Depuis plusieurs semaines, les clubs européens tempêtent au sujet de la Coupe d’Afrique des Nations prévue aux mois de janvier-février au Cameroun. Ces écuries du vieux continent donnent l’impression de n’avoir découvert le calendrier de la CAN que maintenant. L’on savait pourtant depuis plusieurs le mois de janvier 2020 que la plus prestigieuse des compétitions africaines se jouerait à cette période au Cameroun.

Au cours d’une réunion tenue le 15 janvier 2020 entre la Confédération africaine de football (CAF), la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) et les autorités camerounaises, les différentes parties avaient convenu d’une organisation de la Coupe d’Afrique des Nations 2021 en hiver, pour des raisons météorologiques. La doléance soumise par les autorités camerounaises à la CAF qui voulait désormais faire jouer la CAN en été avait été acceptée par l’instance continentale.

«Concernant la période la plus propice pour l’organisation de la CAN2021, diverses hypothèses sont ouvertes. Nous voulons d’emblée dire, ici, haut et fort, au Cameroun, que sur toute l’étendue du territoire, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, que la période de juin à septembre –je parle sous le contrôle du directeur de la météorologie […] – correspond à la grande saison des pluies au Cameroun. […] A cet égard, nous serons attentifs aux importantes décisions qui seront prises dans le cadre de la présente réunion […] pour l’intérêt et la gloire du football africain. » Avait notamment indiqué le Ministre camerounais des Sports et de l’Education Physique, Narcisse Mouelle Kombi.

C’est donc depuis ce jour-là qu’il avait été établi qu’une Coupe d’Afrique des Nations au Cameroun au mois de juin, relevait nettement de l’impossible. Même si la compétition a finalement été reportée de janvier 2021 à janvier 2022 en raison de la pandémie de Covid-19, la réalité évoquée par le Cameroun pour justifier sa volonté de faire jouer en janvier-février reste immuable. Les clubs européens, en se comportant comme s’ils découvraient à peine la période d’organisation de la CAN, font donc preuve d’une mauvaise foi inqualifiable.

Pression

Réveiller une polémique sur la période de la CAN à quelques semaines du coup d’envoi alors qu’ils sont restés silencieux depuis environ deux ans ne relève-t-il pas d’une volonté manifeste de saboter le meilleur rendez-vous du football africain ? Il est clair surtout que les multiples sorties et mises en garde de l’association des clubs européens ressemblent plus à des moyens de pression pour amener la Confédération africaine de football (CAF) à revoir son calendrier. Heureusement, cette fois-ci, la CAF et ses dirigeants savent exactement où se trouve l’intérêt de la l’Afrique et tiennent bon malgré l’entrée en jeu de la FIFA.

Faire jouer la CAN aux dates prévues constituerait une véritable victoire pour l’instance africaine contre ce vilain impérialisme qui tend à infantiliser le football africain et ses dirigeants. Et cette résistance doit se poursuivre, puisqu’il n’est pas exclu que d’ici là, les pays européens brandissent l’argument de la crise sanitaire en résurgence sur le vieux continent à travers le variant Omicron, pour compromettre les voyages des joueurs africains vers leurs sélections nationales respectives.

Avatar de Wiliam Tchango (depuis Yaoundé)
Wiliam Tchango est coordonnateur de la rédaction Afrique Centrale à Africafootunited.com. Journaliste camerounais spécialiste du sport et précisément du football, il parcourt depuis 2008, les stades camerounais et africains pour suivre sa passion. Son riche parcours l'a déjà mené dans plusieurs rédactions camerounaises et africaines et à couvrir plusieurs grands rendez-vous sportifs africains.
Nos recommandations: