CAN-DROITS DE RETRANSMISSION : LES TV PUBLIQUES AFRICAINES DÉNONCENT LE DIKTAT DU GROUPE LAGARDÈRE

Publié le : / Par

Le Samedi 10 Novembre 2018, les responsables des télévisions membres de l’Union Africaine de Radiodiffusion (UAR) se sont réunis à Abidjan, pour réfléchir sur la question des droits de diffusion. Aux sorties de cette séance, les membres de l’UAR, ont réaffirmer leur volonté de lutter contre l’explosion spectaculaire des droits de retransmissions des événements sportifs sur le continent.

Dans la déclaration d’Abidjan lue par Amadou Bakayoko, Directeur Général de la RTI, l’UAR a réaffirmé « son total attachement sans faille, à la motion des Chefs d’Etats et de Gouvernements de l’Union Africaine telle qu’adoptée le 31 janvier 2017 à Addis-Abeba, à travers laquelle les Chefs d’Etat et de Gouvernements ont tenu à dénoncer et à condamner, avec fermeté et vigueur, l’injustice faite à la jeunesse africaine. Celle-ci, étant privée de suivre les grandes manifestations sportives continentales et mondiales ».

Une déclaration qui s’insurge contre l’augmentation des droits de diffusion à la veille de la Coupe d’Afrique des Nations 2017 de football. Les droits de la compétition détenus par le groupe français Lagardère, sont passés de 450 à 900 millions de Frs Cfa. Ce qui avait suscité une grande indignation. Surtout que certains pays africains, malgré les efforts de l’UAR, avaient décidé de ne pas diffuser l’événement vu le coup exorbitant.

Pour éviter à nouveau ce cas de figure, lors des événements sportifs, l’UAR dans sa déclaration du 10 novembre 2018 a indiqué que « seule une loi relative aux conditions de retransmission des événements sportifs est à même de mettre fin à une telle injustice ». Son adoption « permettra d’éviter au continent la reproduction des griefs occasionnés par l’expérience de la CAN Gabon 2017 ». Une recommandation que l’union portera auprès du Parlement Panafricain pour l’adoption d’une résolution pérenne dans le cadre de la diffusion d’événements sportifs sur lecontinent.